LA TOUR PRENDS GARDE ! - 1957

Titre VF LA TOUR PRENDS GARDE !
Titre VO
Année de réalisation 1957
Nationalité
Durée 1h22
Genre CAPE ET D'EPEE
Notation
Date de sortie en France
Thème(s)
Cape et d'épée
Milieu du music-hall et du show-biz (Cinéma français)
Réalisateur(s)
LAMPIN Georges
Chef(s) Opérateur(s)
BOURGOIN Jean-Serge
Musique
THIRIET Maurice VAN PARYS Georges
Renseignements complémentaires
Scénario : Claude Accursi
d'après une histoire de ce dernier
et de Denys de la Patellière .....
Photo : Marcel Combes
Distribution : Sirius

Nota : uniquement la voix pour Jacqueline Porel (celle d'Eléonora Rossi-Drago)
pour Martine Sarcey (celle de Nadja Tiller) et pour Jean-Louis Jemma (narration) .....
Acteurs
MARAIS Jean
ROSSI-DRAGO Eleonora
TILLER Nadja
CARO Cathia
PAREDES Jean
MASSARD Yves
MARY Renaud
LEAUD Jean-Pierre
BERT Liliane
DUVALEIX Christian
DALBAN Robert
PERES Marcel
DELFOSSE Raoul
DAVRAY Dominique
LARA Jean
DEIBER Paul-Emile
ALBERT-MICHEL
SAGET Roger
MARIN Jacques
DINAY Monette
DEGOR Jacques
HLEBSOVA Sonia
MIHAJLOVIC Dragan
KIS Irena
MEDAR Vladimir
SRECKOVIC Mirko
LAFONT Bernadette
POREL Jacqueline
SARCEY Martine
DAUMERGUE Albert
GANDENIN Andrej
JEMMA Jean-Louis
Résumé

Les mille et une aventures de Henri La Tour, étonnant et séduisant comédien et baladin qui se trouve mêlé à la "guerre des dentelles" opposant Louis XV et la reine d'Autriche et qui a promis à son ami mourant, le duc de Saint-Sever, de veiller avec attention et dévouement sur sa fille .....

Bibliographie
- Ecrans de France numéro 186
Critiques (Public)
Agréable film de cape et d'épée. Curieusement, comme souvent dans des productions, même les plus anodines, il y a une scène qui se détache du lot ( qui aurait pu être une porte ouverte sur un autre film). Ici il s'agit d'une séquence d'intérieur bourgeois du XVIIIème siècle, où le maître de maison, Jean Parédés reçoit à dîner Jacques Marin, Dominique Davray et Albert-Michel notamment. Ce passage très animé, bien joué par des comédiens aguerris est remarquablement mis en scène et éclairé. On pense alors à Quentin de La Tour. Le Siècle des Lumières, comme si on y était... AXEL.