LA MORT AUX TROUSSES - 1959

Titre VF LA MORT AUX TROUSSES
Titre VO North by northwest
Année de réalisation 1959
Nationalité Etats-Unis
Durée 2h16
Genre THRILLER
Notation 18
Date de sortie en France 21/10/1959
Thème(s)
Trains et gares (Cinéma américain)
Alcoolisme et autres beuveries (Cinéma américain)
Bass (Saul)
Lehman (Ernest)
Réalisateur(s)
HITCHCOCK Alfred
Chef(s) Opérateur(s)
BURKS Robert
Musique
HERRMANN Bernard
Renseignements complémentaires
Scénario : Ernest Lehman
Générique : Saul Bass .....
Distribution : M.G.M.
Produit par Alfred Hitchcock

Visa d'exploitation : 22 604

Nota : Alfred Hitchcock interprète le rôle d'un quidam qui tente de monter dans un bus .....
Acteurs
GRANT Cary
SAINT Eva Marie
MASON James
LANDIS Jessie Royce
OBER Philip
WILLIAMS Adam
SEYMOUR Harry
CARROLL Leo G.
LANDAU Martin
HUTCHINSON Josephine
YOUNG Carleton
BINNS Edward
WILLIAMS Robert B.
GLASS Ned
ATTERBURY Malcolm
LANG Doreen
HITCHCOCK Alfred
PLATT Edward C.
MAC VEY Patrick
LOCKWOOD Alexander
ADAMS Stanley
DOBKIN Lawrence
COY Walter
KENNEDY Madge
FARRELL Tommy
WILCOX Frank
SHAYNE Robert
GREENWAY Tom
SOULE Olan
MARLOWE Frank
COOLIDGE Philip
ELLENSTEIN Robert
TREMAYNE Les
LYNCH Ken
BERADINO John
MARLOWE Nora
STEPHENS Harvey
CROSS Jimmy
REED Ralph
GENGE Paul
PRICKETT Maudie
MAC CALLION James
BARRON Baynes
SINGH Doris
FRASER Sally
MAC GIVENEY Maura
WHITNEY Susan
SLATE Jeremy
NEGLEY Howard
FAX Jesslyn
DALY Jack
AVERY Tol
ANDERSON Ernest
ALBIN Andy
MILLETAIRE Carl
SPRING Helen
CUTTS Patricia
DAMLER John
HENDRY Len
BERNER Sara
JOHNSON Bobby
CASEY Taggart
CURTIS Lucille
KANE Sid
PRYOR Hugh
POSTAL Charles
ANDERSON Anne
VAN SICKEL Dale
MARLOWE Frank
STRANG Harry
CATCHING Bill
WOOD Wilson
CARMEL Roger C.
WEAVER Ray
INAMURA Hideo
Résumé

Le dénommé Roger Thornhill, sympathique et pacifique homme d'affaires travaillant dans le milieu de la publicité, a failli être victime d'une tentative d'assassinat perpétrée par les hommes de main d'un certain Philip Vandamm. Parallèlement, il est accusé du meurtre d'un diplomate. Une incroyable chasse à l'homme à travers une grande partie du territoire des Etats-Unis commence, avec d'étonnants rebondissements jusqu'au splendide dénouement final, libérateur pour notre infortuné héros...

>>> Un film-référence, un monument de l'histoire du cinéma, un petit bijou du 7e Art...

Bibliographie
- Films et Documents 1960/61
- Cinéma 60 numéro 42
- Contreplongée
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Dossier Ufoleis
- Saison 1960
- Revue du Cinéma numéro 462
- Studio numéro 40
- Cahiers du Cinéma numéros 102-295
- Sight and Sound (découpage)
- Télérama numéros 512-1693-2184-2346
- Le Canard Enchaîné du 30 juillet 2014
Critiques (Public)
Où au suspense se dispute le rire, "La mort aux trousses" est une oeuvre remarquable où un homme est accusé sans que l'on sache jamais pourquoi d'être un espion (?). Son identité propre s'embrouille bientôt à celle de ce dernier. Alors qu'il fuit pour un meurtre dont il est accusé, il rencontre sa future troisième épouse. Au terme d'aventures loufoques et drôles il lui confie, alors que tout deux sont prêts à s'écraser en une chute fatale sur la falaise rocailleuse, que ses deux premières épouses ont divorcé de lui car elles le trouvaient " casanier " ..... MILAN

"La mort aux trousses" est sans conteste le plus grand thriller de tous les temps ..... Avec, il faut l'avouer, Cary Grant le magnifique qui trouve ici l'un de ces plus grands rôles .....

Suspense ambulatoire magnifiquement jubilant. G. FAUCON

19/20 : On passe toujours un bon moment avec ce couple d'enfer que forment Cary Grant en fils à maman qui vire séducteur et Eva Marie Saint "à damner un saint homme" (et une sainte femme par identification). De plus, on se trouve emberlificoté (mais de façon si habile que ça passe tout seul) dans une histoire à dormir debout (par exemple, la scène archi-connue de l'avion, et surtout la descente du Mont Rushmore avec toutes ces illustres figures présidentielles taquinées par nécessité). Tout cela défile comme le train et confirme que le Maître "Hitch" s'éclatait plus dans ses films que dans sa vie. Le making off regorge de détails insoupçonnés à ce propos, aussi malicieux que le film. Bref, on ne s'ennuie pas une seconde dans cette histoire même si on l'a déjà vue plusieurs fois. L.Ventriloque