LA COMTESSE DE HONG KONG - 1966

Titre VF LA COMTESSE DE HONG KONG
Titre VO A countess from Hong Kong
Année de réalisation 1966
Nationalité Grande-Bretagne / Etats-Unis
Durée 2h02
Genre DRAME PSYCHOLOGIQUE
Notation 12
Date de sortie en France 13/01/1967
Thème(s)
Bateaux de croisière (Cinéma britannique)
Cinéma britannique (ORIGINE)
Réalisateur(s)
CHAPLIN Charles
Chef(s) Opérateur(s)
IBBETSON Arthur
Musique
CHAPLIN Charles
Renseignements complémentaires
Scénario : Charles Chaplin
Produit par Jérôme Epstein
et Charles Chaplin .....
Distribution : Universal

Visa d'exploitation : 32 597
Acteurs
BRANDO Marlon
LOREN Sophia
CHAPLIN Sydney (2)
HEDREN Tippi
CARGILL Patrick
RUTHERFORD Margaret
MEDWIN Michael
JOHNSTON Oliver
PAUL John
SCOULAR Angela
NAGY Bill
LAYE Dilys
PRINGLE Angela
BRIDGES Jenny
GROSS Arthur
BALBINA
TUCKER Burnell
TROLLEY Leonard
LOWE Len
CHINN Anthony
HILL Janine
DUX Francis
MANSER Kevin
CLEVELAND Carol
CHENG Cecil
RUBIN Ronald
SPICE Michael
MARLOWE Ray
STONE Marianne
LUTON Lew
CROSS Larry
RUSSELL Drew
STERLAND John
CARSON Paul
TAMARIN Paul
CHAPLIN Charles
CHAPLIN Géraldine
CHAPLIN Joséphine
CHAPLIN Victoria
BOOLVE Jose sukhum
FUTCHER Hugh
BARTLETT Peter (3)
EDWARDS Bill (4)
HARRIS Alan
Résumé

Milliardaire et diplomate américain, Ogden Mears, passe une nuit avec Natacha, une prétendue comtesse russe lors d'une escale à Hong Kong. Le lendemain, sur le bateau qui doit le rendre vers son nouveau poste en Arabie Saoudite, il se rend compte qu'elle l'a suivi et qu'elle le menace de le dénoncer à sa femme s'il ne la dissimule pas le temps de la traversée .....

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Cahiers du Cinéma numéro 188
Critiques (Public)
On se croirait sur la scène du théâtre Marigny, dans un vaudeville boulevardier pourvue d’une architecture référentielle. Les portes claquent, les placards servent de camouflages provisoires. Mimiques appropriées et courses poursuites s’alternent dans un récit affligeant, tourné pratiquement en huis clos. Ce film nullissime, conduit Charlie Chaplin vers la sortie par la petite porte. Imposant sa manière de faire, mimant toutes les scènes devant ses comédiens, Charlot froisse rapidement Marlon Brando, préférant offrir plus d’intériorité à un personnage superficiel, décoiffé, gesticulant, en robe de chambre et chaussettes noires devant supporter dans sa cabine une comtesse en exil vers l’Amérique. Le maître, âgé de soixante seize ans, au moment du tournage, semble imposer son propre logiciel artistique à un comédien plus cérébral que remuant. Sophia Loren plus respectueuse se soumet aux exigences d’un réalisateur maître à bord d’une œuvre récupérée, ratée, démolie par la critique. Le culte de la personnalité envahit le plateau avec la présence de plusieurs membres de la tribu Chaplin, kaléidoscope de tous âges imposant une seule image, celle d’un homme aveuglé par ses perceptions narcissiques. Cela se ressent dans "La comtesse de Hong Kong" œuvre à oeillères totalement chaplinesque, au budget conséquent, malgré la sédentarité de ses scènes. Le contenu est superficiel, une chute libre entamée depuis "Un roi à New-York", s'achevant par un impact final particulièrement décevant.
Un géant fait ses adieux au métier en frisant le produit de série B. JIPI