LE PLUS DIGNEMENT - 1944

Titre VF LE PLUS DIGNEMENT
Titre VO Ichiban utsukushiku
Autres titres VF LE PLUS BEAU
Année de réalisation 1944
Nationalité Japon
Durée 1h25
Genre DRAME PSYCHOLOGIQUE
Notation 13
Date de sortie en France
Thème(s)
Cinéma japonais (ORIGINE)
Guerre du Pacifique (tous pays confondus)
Milieu ouvrier (Cinéma japonais)
Volley-ball .....
Microscopes
Réalisateur(s)
KUROSAWA Akira
Chef(s) Opérateur(s)
OHARA Joji
Musique
SUZUKI Seiichi
Renseignements complémentaires
Scénario et montage : Akira Kurosawa
Acteurs
SHIMURA Takashi
SUGAI Ichirô
YAGUCHI Yoko
IRIE Takako
TANIMA Sayuri
OZAKI Sachiko
NISHIOKA Mitsue
SUZUKI Asako
TOYAMA Haruko
HIROMICHI Tokiko
KONO Akitake
KIYOKAWA Soji
NISHIGAKI Shizuko
KONO Itoko
HATTORI Toshiko
TOYOHARA Minori
MASHIRO Mineko
AIKAWA Michiko
KATO Teruko
YOKOYAMA Unpei
NAKAKITA Chieko
Résumé

Second film du réalisateur Akira Kurosawa, tourné en pleine Seconde Guerre Mondiale, qui se place d'emblée dans ce courant historique d'époque cherchant à préconiser, voire magnifier l'investissement et le dévouement individuels et collectifs pour la grandeur et la gloire de la nation nippone. Comme décor scénique de la narration cinématographique, une usine de fabrication de matériel optique destiné à l'artillerie japonaise dont les ouvrières présentes contribuent à leur manière à l'effort de guerre demandé à la nation. Et pour exalter l'élan général et global de l'ensemble du groupe vers une productivité exponentielle, une personne emblématique est avancée, choisie pour amplifier le message et la démonstration, ici l'ouvrière Tsuru Watanabe, qui par son comportement exemplaire, malgré la fatigue et la maladie, devient un symbole patriotique à suivre. Effectivement, son implication sans réserve et sans restriction dans la productivité de l'usine aura pour conséquence induite, la demande express de l'ensemble des ouvrières d'une augmentation générale des cadences et des rendements jusqu'alors seulement réservée à la gent masculine...

>>> Malgré un évident arrière-fond idéologique marqué, le film ne s'égare pourtant jamais dans les classiques arcanes de l'œuvre de propagande dithyrambique lourdement orientée, permettant au réalisateur de peaufiner, et son style et sa façon quelque peu empathique de filmer des individualités en action ou en questionnement...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Positif numéro 132
Critiques (Public)