LES DIX MILLE SOLEILS - 1967

Titre VF LES DIX MILLE SOLEILS
Titre VO Tizezer nap
Année de réalisation 1967
Nationalité Hongrie
Durée 1h52
Genre DRAME
Notation 17
Date de sortie en France 06/12/1967
Thème(s)
Cinéma hongrois (ORIGINE)
Films politiques (Cinéma hongrois)
Milieu rural (Cinéma hongrois)
Porcs / cochons
Cimetières (tous pays confondus)
Fêtes foraines et parcs d'attractions (Autres pays)
Ski nautique (tous pays confondus)
Ours
Moissons et fenaisons (tous pays confondus)
Chevaux (Autres pays)
Réalisateur(s)
KOSA Ferenc
Chef(s) Opérateur(s)
SARA Sandor
Musique
SZÖLLÖSY Andras
Renseignements complémentaires
Scénario : Sandor Csoori,
Ferenc Koza et Imre Gyongyossy .....
Distribution DVD : Malavida

Visa d'exploitation : 33 522

Nota :

- Prix de la mise en scène, Cannes 1967

- Prix des Critiques, Budapest 1967

- Prix de la Mise en Scène et Prix des Spectateurs, Festival de Pecs 1967
Acteurs
MOLNAR Tibor
BÜRÖS Gyöngyi
KOZAK Andras
KOLTAI Janos
RAJZ Janos
GÖRBE Janos
FROZAK Andras
SIMENFALVY Ida
NYERS Laszlo
NAGY Anna
SIMENFALVY Sandor
CSASZAR Lorinc
SZELES Istvan
PAPP Mihaly
HAUMANN Peter
KONYORCSIK Janos
KALDI Nora
KEZDY György
SALLAY Kornelia
FERENCZ Laszlo
SZILAGYI Istvan
Résumé

                                           Vivre est la seule voie et le seul refuge...
                                                                   (Paul Eluard)

C'est en 1935 qu'Istvan Szélès rencontre Juli qui va devenir son épouse, dans ce petit village isolé de la vaste campagne hongroise dont l'ensemble des étendues agraires appartiennent à un seul propriétaire terrien qui use et abuse de ses outrancières prérogatives ancestrales. Une scandaleuse et humiliante situation qui arrivera enfin à son terme, après la Seconde Guerre Mondiale, avec l'abolition de la propriété privée et l'accession, grâce à la démocratie populaire naissante, à une plus grande autonomie des masses rurales laborieuses, avec la promesse révolutionnaire d'un accommodant comptant d'argent, de blé et de patates pour chacun. Une embellie existentielle de courte durée, avec bientôt l'obligation arbitraire et drastique de reverser à l'Etat communiste l'intégralité des récoltes. Ballotté entre une situation économique toujours aussi pendable et le triste spectacle de quelques révoltes sans avenir, où même sa non-intervention dans la mort d'un représentant du pouvoir, lui vaudra trois années de camp de travail, Istvan espère que les années à venir, celles de la décennie 1960, verront enfin une meilleure harmonie et justice sociales s'instaurer dont le premier bénéficiaire sera son fils dûment inscrit aux épanouissantes disciplines universitaires...

>>> Premier long métrage issu des fameux studios de Bela Balazs et première réalisation du metteur en scène Ferenc Kosa, cette oeuvre chaleureuse, intelligente, quelquefois bouleversante, restera durablement dans la mémoire cinéphile, par la beauté et la poésie fulgurantes de ses images et la pertinence et la permanence de son incisive réflexion politique. Cette courageuse et convaincante analyse, sur une trentaine d'années, des soubresauts de la Hongrie rurale nous est présentée dans une lumineuse chorégraphie visuelle, avec une étonnante gestion de l'espace scénique et des mouvements collectifs et un constant travail sur la perspective et les champs d'action narratifs, galvanisant ainsi l'attention et la réflexion du spectateur subjugué...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Avant-Scène numéro 87
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Saison Cinématographique 1967
- Cinéma numéros 117 et 120
- Jeune Cinéma numéros 24 et 108
- Positif numéro 86
- La Revue du Cinéma numéro 215
Critiques (Public)