TONI - 1935

Titre VF TONI
Titre VO
Année de réalisation 1935
Nationalité France
Durée 1H30
Genre MELODRAME
Notation 17
Date de sortie en France 22/02/1935
Thème(s)
Pagnol (Marcel)
Emigration et immigration (Cinéma français)
Provence
Mariage (Cinéma français)
Barques, pirogues, chaloupes et autres canots .....
Suicide (Cinéma français)
Réalisateur(s)
RENOIR Jean
Chef(s) Opérateur(s)
RENOIR Claude
Musique
BOZZI Paul
Renseignements complémentaires
Scénario : Jacques Levert
et Jean Renoir .....
d'après un fait divers
Producteur exécutif : Marcel Pagnol
Assistant-stagiaire : Luchino Visconti
Distribution : Les Films Marcel Pagnol

Visa d'exploitation : 16 888

Nota : Jacques Levert est le pseudonyme de Jacques Mortier .....
Acteurs
BLAVETTE Charles
MONTALVAN Celia
HELIA Jenny
DALBAN Max
DELMONT Edouard
ANDREX
BOZZI Paul
KOVACHEVITCH Michel
LEVERT Jacques
Résumé

Antonio Canova, surnommé Toni est venu en France, voilà plus de deux ans, avec des dizaines d'autres émigrants, pour trouver du travail dans les carrières proches d'un sympathique petit village de la rieuse Provence. Il s'installe chez Marie qui loue des chambre aux gens de passage et devient bientôt son compagnon. Mais son coeur chavire pour la belle Josepha, d'origine ibérique, mariée au colérique contremaître Albert, et qui voudrait s'enfuir avec son cousin, le profiteur et rapace Gabi, odieux personnage sans scrupule, qui sera à l'origine d'un drame sordide et pitoyable...

>>> Un incontournable chef-d'oeuvre du cinéma français sur l'impossible amour entre deux personnes qui s'aiment, que tout sépare, et qui jamais ne se trouveront...

Bibliographie
- Cinématographe numéro 108
- Cinéma 67 numéro 117
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Cinéma 59 numéro 33
- Avant-Scène numéros 251/252
- Cinéma numéro 315
- Pour Vous numéros 321, 328, 359
Critiques (Public)
17/20 : En salle Art et Essai, il peut y avoir, sur le plan technique, quelques difficultés avec les premiers dialogues prononcés avec un fort accent local, mais ça ne nuit pas pour la suite... Excellent avant-goût des performances du cinéaste, qui se serait inspiré d'une situation réelle : un grand pont, des trains déversent des Italiens en France, tous remplis de l'espoir le plus fou... Mieux vaut penser à des prodiges aux trajectoires brillantes comme l'immigré Yves Montand plutôt qu'à ces trains odieux des années suivantes... Un faux air de la trilogie de Marcel Pagnol, l'atmosphère villageoise provençale sans doute, car le traitement est autrement plus réaliste. D'une part, quelques signaux d'alarme (le petit chat, et, plus tard, le bébé qui pleure) mais mélangés à ce côté bon vivant cher à Renoir (que ce soit les chansons à la guitare, ou les carrières à dynamiter, ils semblent tous s'y faire assez bien, au passage on peut aider la lavandière Josepha à traîner son "charreton" ...). Premières images donc : les immigrés arrivent et, sans transition, nous voilà 3 ans après, dans une scène de jalousie au saut du lit. La scène de la piqûre de guêpe à elle seule intrigue... Mais c'est dit sans détours, l'adultère démangerait l'homme trop redevable, il compose avec la communauté locale en attendant son heure (ce double mariage). Calculs personnels, besoin d'air, hésitation entre attachement et toquade, côté un tantinet profiteur de celui qui demande beaucoup à l'existence ? On ne sait trop et l'ennui commencerait à gagner si soudain, en très peu de plans, des ciseaux, un pistolet miniature.. Accélération inattendue du fait de l'héroïsme féminin. Retour au pont, la peinture de moeurs vire à la tragédie antique ! L.Ventriloque