LES CHEVEUX D'OR - 1926

Titre VF LES CHEVEUX D'OR
Titre VO The lodger
Autres titres VF L'EVENTREUR
Année de réalisation 1926
Nationalité Grande-Bretagne
Durée 1h40
Genre SUSPENSE
Notation 18
Date de sortie en France
Thème(s)
Tueurs psychopathes (Cinéma britannique)
Cinéma britannique (ORIGINE)
Réalisateur(s)
HITCHCOCK Alfred
Chef(s) Opérateur(s)
VENTIMIGLIA Baron
Musique
SOSIN Donald
Renseignements complémentaires
Scénario : Eliot Stannard
et Alfred Hitchcock .....
d'après un roman de Marie Belloc-Lowndes
Assistant-réalisateur : Alma Reville
Produit par Michael Balcon
et Carlyle Blackwell (senior) .....

Nota :

- Quatrième film d'Alfred Hitchcock et première apparition du metteur en scène dans ses films :

"il se précipite, muni d'une casquette, pour voir Ivor Novello, suspendu aux grilles par ses menottes" .....

- Affiche du film d'origine autrichienne .....

Acteurs
NOVELLO Ivor
JUNE
AULT Marie
KEEN Malcolm
CHESNEY Arthur
HITCHCOCK Alfred
GARDINER Reginald
GRAY Eve
Résumé

A Londres, un assassin de femmes défraye la chronique et crée une véritable psychose dans la gent féminine et parmi les enquêteurs de la police locale...

>>> Déjà le récurrent thème hitchcockien du faux coupable, dans un film génial et de bout en bout surprenant et envoûtant. Quelques plans inoubliables font de cette oeuvre mythique, une production exceptionnelle où se marient avec délectation l'angoisse, l'humour et le suspense. Un film malheureusement invisible, sauf à de rares exceptions (entre autres à Strasbourg au festival du film britannique, en janvier 1986). Maintenant, il existe des copies DVD, que l'on peut facilement se procurer...

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
Critiques (Public)
19/20 : Projeté à Nantes au "Cycle britannique Univerciné de décembre 2010", ce troisième film d'Hitchcock connu aussi sous les titres "L'éventreur" ou "Les cheveux d'or". Inspiré d'un roman et de la légende de Jack L'Eventreur, cela se passe à Londres en 1926 : sept assassinats de jeunes femmes, le plus récent étant la soeur de Daisy Buntings, fille d'un vieux couple hébergeant un locataire, ce dernier d'office suspect de par son allure insolite par rapport à monsieur tout le monde, et pour avoir demandé qu'on enlève les portraits de jeunes femmes se trouvant dans sa chambre. En plus qu'il a une manière bien à lui de saisir un tisonnier... On reconnaît déjà l'espièglerie du Maître en plus de sa fixation sur la blondeur féminine. Figure aussi une vérité de toutes les époques, notamment 2010 : l'empressement collectif à désigner un bouc émissaire, quitte à se tromper lourdement, plutôt que de creuser d'autres pistes à l'intérieur d'une communauté. A voir l'expression de terreur sur les visages, nous autres spectateurs ne savons sur quel pied danser : partagés entre l'attirance de Daisy pour ce locataire mystérieux mais séduisant, encore plus puisqu'il est "l'homme interdit par papa et maman", et le peu d'emballement que la demoiselle manifeste pour Joe, policier qu'on lui destine, la finesse incarnée... Le scénario de ce film muet (où clignotement de la lumière et emballement musical avant silence de mort ont valeur de commentaires) annonce déjà les productions parlantes. Raffinement des raffinements : ce présumé coupable suspendu par ses menottes à une grille ! L.Ventriloque