LE PRIX D'UN HOMME - 1963

Titre VF LE PRIX D'UN HOMME
Titre VO This sporting life
Année de réalisation 1963
Nationalité Grande-Bretagne
Durée 2h14
Genre COMEDIE DRAMATIQUE
Notation 17
Date de sortie en France 24/05/1963
Thème(s)
Rugby (tous pays confondus)
Cinéma britannique (ORIGINE)
Dentistes
Alcoolisme et autres beuveries (Cinéma britannique)
Free Cinéma (britannique)
Ours en peluche (tous pays confondus)
Cimetières (tous pays confondus)
Autobus et autocars (tous pays confondus)
Jeux (cartes)
Mariage (Cinéma britannique)
Araignées
Réalisateur(s)
ANDERSON Lindsay
Chef(s) Opérateur(s)
COOP Denys
Musique
GERHARD Roberto
Renseignements complémentaires
Scénario : David Storey
d'après son roman .....
Produit par Karel Reisz
Distribution : Rank
Distribution DVD : doriane films

Nota :

- Grand Prix d'Interprétation Cannes 1963, pour Richard Harris

- Meilleure actrice British Film Academy 1963 pour Rachel Roberts


Visa d'exploitation : 27 663
Acteurs
HARRIS Richard
ROBERTS Rachel
BADEL Alan
HARTNELL William
BLAKELY Colin
GODSELL Vanda
WATSON Jack
CUNNINGHAM Anne
LOWE Arthur
MARKHAM Harry
WINDSOR Frank
EATON Wallas
MOSLEY Bryan
ROSSITER Leonard
JACKSON Glenda
CLEGG Tom
GILL John
SEWELL George
DUGUID Peter
WOODRUFF Anthony
PARR Katherine
BENSON Bernadette
ROBERTS Graham
NOLAN Andrew
LOGAN Michael
EVANS Murray
TRAILL Ken
FOX Edward
JACKSON Glenda
SHAPIRO Helen
STOREY David
Résumé
                                                                              Un grand singe dans un stade...

Puissant, mais aussi imposant ouvrier mineur, l'athlétique Frank Machin s'est fait introduire dans le milieu sportif d'une équipe de rugby professionnel, grâce au vieux Johnson, intuitif et avisé dénicheur de talents dans laquelle il sera engagé, pour la rondelette somme de mille livres sterling, par l'influent et suffisant Gerald Weaver, riche mécène local et incontournable chef d'entreprise de la région. Avec ce conséquent pactole, notre bonhomme va s'acheter en priorité une somptueuse Bentley blanche et de nombreux cadeaux pour Ian et Linda, les deux enfants de sa logeuse, Margaret Hammond, pour laquelle il se sent plein de faiblesses et d'attirances et dont le mari s'est probablement suicidé sur son lieu de travail. Pourtant, cette dernière, profondément aigrie par l'existence, ne vivant que dans les souvenirs et les objets du passé, ne fait aucune confiance à ce grand énergumène au caractère et à la personnalité diamétralement opposés à son défunt époux. Malgré de frileuses tentatives de compréhension, une vague et fluette proximité relationnelle, jamais ces deux êtres, fragiles et frustes, que tout sépare inmanquablement, ne pourront établir une réelle relation affective. Et c'est alors même que Frank enchaîne les méformes et les blessures, que Margaret, victime d'une subite et radicale hémorragie cérébrale, se meurt dans une anonyme chambre d'hôpital...

>>> Premier long métrage de Lindsay Anderson, un des plus illustres représentants de ce nouveau courant cinématographique baptisé "Free Cinéma" qui permit une renaissance du cinéma britannique, cette oeuvre fut fort justement récompensée par un Prix d'Interprétation Masculine au Festival de Cannes 1963. Réalisé avec dextérité et finesse, sur une construction sans cesse émiettée et parcellaire, en conséquents flash-back illustratifs des errements psychologiques de chacun des protagonistes, induite par les réminiscences mentales du principal personnage, cette solide réalisation affiche une étonnante noirceur, sociale, affective, humaine, une forme de sourde et gluante perdition à laquelle personne ne semble réchapper...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- La Revue du Cinéma numéro 164
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Positif numéros 54/55
- Cahiers du Cinéma numéro 145
- Saison Cinématographique 1963
- Cinéma numéros 76 et 77
Critiques (Public)