CARTOUCHE - 1961

Titre VF CARTOUCHE
Titre VO
Année de réalisation 1961
Nationalité France
Durée 1h46
Genre AVENTURES
Notation 12
Date de sortie en France 07/08/1962
Thème(s)
Désertion et déserteurs (tous pays confondus)
Boulanger (Daniel)
Aventuriers célèbres
Spaak (Charles)
Représentant(e)s du culte (Cinéma français)
Oiseaux
Tortures
Pêche et pêcheurs (Cinéma français)
Moulins et meuniers
Réalisateur(s)
DE BROCA Philippe
Chef(s) Opérateur(s)
MATRAS Christian
Musique
DELERUE Georges
Renseignements complémentaires
Scénario : Philippe de Broca,
Charles Spaak et Daniel Boulanger .....
Costumes : Rosine Delamare
Caméra : André Domage
Décors : François de Lamothe
Son : Jean Rieul
Photo : Raymond Voinquel
Distribution : Cinédis
Produit par Georges Danciger
et Alexandre Mnouchkine

Visa d'exploitation : 24 994

Nota :

- Pour Philippe de Broca et Bernard Haller, uniquement la voix .....

- Autre version en 1948 : "Cartouche roi de Paris" .....
Acteurs
BELMONDO Jean-Paul
CARDINALE Claudia
ROCHEFORT Jean
LEMAIRE Philippe
DALIO Marcel
VERSOIS Odile
ROQUEVERT Noël
HAHN Jess
CHARON Jacques
REPP Pierre
PREBOIST Paul
RAIMBOURG Lucien
BALUTIN Jacques
HILLING Jacques
DEKOCK Alain
CERUSICO Enzo
CLERVANNE Madeleine
MARLIC René
DAVRAY Dominique
SOLOGOUB Irene
LANIER Jean
BILLEREY Raoul
VIRET Louis
MONTANT Georges
AUZEL Maurice
STERN Bernadette
PREBOIST Jacques
CASTELLI Philippe
CORNE Léonce
LOPEZ Henri
BAUD Antoine
GUEGAN Philippe
MARIN Armel
CALLAWAY William
JEANJEAN Paul
CAMIRET Lucien
MAGUELON Pierre
LEPLONT Raymond
TRAPP Roger
HALLER Bernard
DE BROCA Philippe
GUEGAN Henri
CARLIEZ Claude
Résumé

Louis Dominique Bourguignon, plus connu sous le pseudonyme de Cartouche, faisait tout d'abord partie de l'efficace bande de voleurs d'un certain Malichot dont l'autorité et la tyrannie furent bientôt insupportables à notre héros qui, pour fuir les représailles de son ancien chef, s'enrôla dans l'armée. C'est là qu'il fait la connaissance de ses deux futurs lieutenants, le rusé "la Taupe" et le colossal "la Douceur" avec lesquels il dérobera la caisse de son régiment. C'est lors de leur fuite, que Cartouche rencontre dans une auberge, une délicieuse bohémienne surnommée Vénus, ce qui ne l'empêche nullement de vouloir absolument séduire la magnétique Isabelle de Ferrussac, l'épouse de l'arrogant responsable de la police parisienne. Après avoir définitivement supplanté Malichot à la tête des voleurs de la capitale, Cartouche devra subir la terrible conséquence de cet évincement, ce dernier le trahissant sans aucun état d'âme...

>>> Un film plutôt sympathique, aux scènes d'action menées avec brio et saveur, constamment nuancé d'une petite pointe d'humour voire d'ironie. Malgré certaines lourdes invraisemblances romanesques, psychologiques et surtout historiques, cette alerte réalisation pourra provoquer l'adhésion d'un public bon enfant. Pour notre part, on ne retiendra finalement que la dernière scène, insolite et magique...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
Critiques (Public)
Un léger clone de "Fanfan la Tulipe" et de "Cadet Rousselle" continue ses aventures en scope couleurs dans un contexte légèrement réactualisé. La trinité désinvolte de joyeux lurons sous les drapeaux active la tactique dite du lièvre devant un danger risquant de déstabiliser une bonne humeur de parcours. Ces trois là aiment la vie en lui inculquant une gestion particulière, adaptée à chaque rencontre. Cartouche, remarquable visionnaire, essaie de survivre en attendant le supplice de la roue, ultime rendez-vous lié à son rang. L'aristocrate et le gendarme sont bastonnés dans la joie et la bonne humeur. Tout est permis en attendant l'épreuve du gibet pour ces malandrins tentant de s'acclimater, le temps d'une courte existence, à une régence poudrée de mépris envers le va- nu-pieds. Ce pamphlet dénonciateur préfère amuser tout en gardant un message dramatique sous-jacent. Le détrousseur, sans illusions sur un avenir à long terme, se véhicule joyeusement sur le territoire de France, propulsé par la rapine, la raclée et le bon mot. On dévalise le carrosse presque avec respect, vaporise la comtesse de rhétorique amoureuse, éjecte en plein vol le maréchal de sa carriole, libère la gitane dans une taverne, se devant d'adopter suite à cet effet le statut de pulvérisée. L'aventure se vit de manière désordonnée, permettant récréations, beuveries et dérives, dans un monde où les responsabilités de maîtres efféminés sont uniquement positionnés sur les jolis minois. L'armée n'est pas en reste, plus le grade est élevé plus la réplique est somptueuse. "J'ai perdu deux cent hommes aujourd'hui, j'espère faire mieux demain" s'exclame le colonel. "Voici les trois héros de la journée, qu'on les mettent en première ligne demain", rétorque le Maréchal. "Cartouche" active les derniers spasmes de bravoures d'un sacripant au grand coeur, se délectant de comportements paillards et chevaleresques sur un hexagone de misères. Amusons-nous en attendant la corde. JIPI