LA LISTE DE SCHINDLER - 1993

Titre VF LA LISTE DE SCHINDLER
Titre VO Schindler's list
Année de réalisation 1993
Nationalité Etats-Unis
Durée 3h15
Genre DRAME
Notation 16
Date de sortie en France 02/03/1994
Thème(s)
Manucurie et manucures (tous pays confondus)
Marché noir (tous pays confondus)
Nazisme (Cinéma américain)
Juifs (Cinéma américain)
Camps de concentration (tous pays confondus)
Oscar du Meilleur Film
Manchots (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
SPIELBERG Steven
Chef(s) Opérateur(s)
KAMINSKI Janusz
Musique
WILLIAMS John
Renseignements complémentaires
Scénario : Steven Zaillian
d'après le roman de Thomas Keneally .....
Produit par Steven Spielberg,
Gerald R. Molen et Branko Lustig .....
Distribution : UIP

Visa d'exploitation : 84 711

Nota :

- Meilleur Film
- Meilleur Réalisateur
- Meilleur Acteur de Complément (Ralph Fiennes) .....
- Meilleure Prise de Vue, National Society of Film Critics Awards .....

- Meilleur Film (drame)
- Meilleur Réalisateur
- Meilleur Scénario au Golden Globes 1993 .....
Acteurs
NEESON Liam
KINGSLEY Ben
FIENNES Ralph
GOODALL Caroline
SAGALLE Jonathan
DAVIDTZ Embeth
GEBEL Malgoscha
LEVY Shmulik
IVANIR Mark
MACOLA Beatrice
SEWERYN Andrzej
VON THUN Friedrich
LUFT Krzysztof
NEHRING Harry
WEISSER Norbert
NITZAN Adi
SCHNEIDER Michael
FABIAN Miri
MUCHA Anna
MISAK Albert
GORDON Michael (2)
GROCHAL Aldona
WOJCICKI Jacek
PALUCH Beata
POLK Piotr
DAGAN Ezra
NOWAK Beata
NOWAK Jerzy
KOZLOWSKI Leopold
AVRAHAMI Uri
SIEMION Adam
HEUBERGER Rami
DELAG Pawel
DANDOURIAN Magdalena
KONORTI Shabtai
DABROWSKA Oliwia
BISTA Henryk
BRADECKI Tadeusz
KLATA Wojciech
LÖWENSOHN Elina
KOLASINSKA Ewa
KUPFER Bettina
KWAS Grzegorz
MATULA Vili
ASSMANN Hans jorg
KOCZANOWICZ Stanislaw
LECHNER Geno
SCHMOELZER August
PISTOR Ludger
RYBOTYCKA Beata
LUSTIG Branko
MATTHIESSEN Artus M.
LEDER Erwin
REHBERG Hans-Michael
NICKEL Jochen
PRIWIEZIENCEW Eugeniusz
WELMINSKI Andrzej
HOFFMANN Michael Z.
DEL PONTE Daniel
GLINKA Marian
DAMIECKI Grzegorz
BREJDYGANT Stanislaw
APPIANO Peter
LUBASZENKO Olaf
PULANECKI Jacek
BUTTINGER Haymon Maria
SEMMELROGGE Martin
DEDEK Tomasz
HOLLAND Slawomir
HUK Tadeusz
CYRWUS Piotr
HELD Gerald Alexander
RAGHEB Osman
ASSBÖCK Joachim Paul
ORLOS Maciej
WRONA Marek
KOZLOWSKI Zbiginiew
GRZYMOWICZ Marcin
WITTING Dieter
KOMORNICKA Magdalena
KRUK Agnieszka
KNUT Anemona
FLYNN Jeremy
WAGNER Agnieszka
JUREWICZ Jan
KOMASA Wieslaw
KOZLOWSKI Maciej
BERGMANN Martin
MANSKE Wilhelm
FLECHTNER Peter
BEMME Sigurd
SZYC Etl
ZABAWA Lucyna
SAGAN Jerzy
FARHI Ruth
BENDER Dirk
SZYMANIAK Dariusz
KOSSOWSKA Hanna
WINKLER Maciej
KRZYZOWSKI Radoslaw
LENCZOWSKI Jacek
OSTASZEWSKA Maja
SKALSKI Sebastian
RADWANSKI Ryszard
KADLCIK Piotr
NIEBIELSKI Bartek
MORRIS Thomas
KONRAD Sebastian
WYROBIEC-BANK Lidia
FERERA Ravit
MARCU Danny
KORZENIOWSKA Agnieszka
ROSNER Hans
BEDNARCZYK Dominika
KERN Georges
KUBASZEWSKA Alicja
SCHILLER Michael
STROBELE Alexander
OTTO Götz
LUBASZENKO Edward
KRAMAR Hubert
BUCZOLICH Alexander
ISRAELI Razia
SEIDENBERG Wolfgang
YERUSHALMI Esti
SEADIA Dorit ady
Résumé

Cracovie, automne 1939 : les forces nazies viennent d'investir la Pologne et la déportation des Juifs commence d'une façon systématique. Un industriel Oskar Schindler a l'idée de recruter des travailleurs d'origine juive pour son usine d'ustensiles divers. Prenant peu à peu des distances avec le régime SS il s'entête à vouloir sauver le maximum de personnes, vouées à la solution finale, parvenant à faire rapatrier dans sa région natale plus de 1100 prisonniers juifs...

>>> Excellent, pourtant trois heures de ce film ne valent pas trois minutes de "Shoah"

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Film Français numéro 2496
- Mensuel du Cinéma 14/1994-17/1994
- Première numéro 204
- Studio numéros 77-84-85-HS 1994
- Positif numéro 397
- Cahiers du Cinéma numéros 476-478-482
- Télérama numéros 2303-HS mai 1994
- Inrock numéro 53
- Nouvel Observateur numéro 1528
- L'Express numéro 2225
- Le Point numéro 1118
- Le Monde du 03/03/1994
- Libération du 07/03/1994
Critiques (Public)
J'ai été bouleversée... Celui qui sauve une vie, sauve l'humanité entière... Merci à Schindler et à Spielberg...

Pitié Steven, refais-nous plutôt un chef-d'oeuvre comme "Jurassic park" ou "E.T." plutôt que cette oeuvre académique et pas intéressante. Je sais que ce n'était pas le but de Spielberg et qu'il est sincère, mais je trouve que ce film commence magnifiquement et que les acteurs, Neeson, Kingsley et Fiennes sont excellents, mais certains plans, celui du manteau en couleurs, et la fin sont d'un larmoyant tout juste digne d'un téléfilm. "Schindler's list" est un film courageux, mais des gros nuages noirs viennent obscurcir le tableau. J'attends avec davantage d'émotion le film pédagogique que Spielberg compte distribuer dans les écoles vers 1995, avec les recettes de « Jurassic 2 » THOMAS

Dans dix ans, on comprendra que Spielberg n'a pas fait un film sur l'holocauste, mais un autoportrait, mais un film sur l'humanisme et la cruauté humaine ..... alors, arrêtez-la de nous gonfler avec « Shoah ». Refusez qu'un juif puisse faire un film, un tableau, un livre ou une chanson sur cette période douloureuse de son peuple, ce ne sera bien sur jamais aussi grave, que ce que le film ne montre pas, mais c'est pas sympa du tout ..... et d'ailleurs certains intellectuels ont aussi rappelé qu'on a fait les mêmes reproches à Lubitsch pour "To be or not to be" et a Chaplin pour "Le dictateur" ..... Et ça, on évite dans parler dans les histoires du cinéma ...... Si un polonais inconnu avait fait exactement le même film, au micron près, il n'y aurait même pas eu de polémique ....
Ndlr : Votre exemple n'est guère convaincant : le Polonais Wajda (bien sûr, pas si inconnu) eut les mêmes réticences pour son film "Korczak" et Jacques Lanzmann, réalisateur de « Shoah » est aussi d’origine juive !

J'ai enfin visionné le DVD de "La liste de Schindler", ce superbe film de Steven Spielberg sorti en 1994... sans doute ma récente visite au Camp de Concentration de Dachau près de Münich en Allemagne y est pour quelque chose. Le film dure plus de trois heures, et pourtant le temps semble s'arrêter ou plutôt je me suis retrouvé plongé en plein coeur de la seconde guerre mondiale, confronté à l'horreur nazie. Ce n'est de mon souvenir pas le film le plus émouvant que j'ai pu voir sur ces événements dramatiques. J'ai le souvenir lointain d'un téléfilm en plusieurs parties intitulé "Holocauste" à la fin des années 70 ou début 80 traitant de la "Shoah" qui m'avait beaucoup plus ému encore. Mais j'étais alors enfant, c'est sans doute la raison... Dans "La liste de Schindler", la vision de cette "Shoah" est uniquement contée au travers de la vie d'Oskar Schindler, homme d'affaires peu zélé et qui va faire de sa vie un monument de solidarité en sauvant des camps d'extermination polonais 1100 juifs voués à une mort quasi certaine. Comment ? En les faisant travailler dans son usine tout en leur fournissant des conditions de vie dignes de tout être humain. Il ne s'enrichira pas et prendra d'énormes risques dans cette Pologne aux mains des nazis... Pour jouer cet "Oskar Schindler", le réalisateur a choisi Liam Neeson. L'acteur ne fait pas la moindre fausse note, tour à tour séducteur, manipulateur, il finira à force de cotoyer "ses" prisonniers par trouver le vrai sens de sa vie. Pour le spectateur, cette évolution dans le personnage se fait toute en finesse. Le "méchant" nazi "Amon Goeth" est joué par Ralph Fiennes. L'acteur capable de jouer un héros romantique est aussi capable de jouer la pire ordure. Il le montre ici en incarnant ce "boucher de Hitler" impitoyable, pour qui la vie d'un être humain se résume à un jeu de massacre. Le troisième personnage marquant est le petit comptable juif de "Schindler" dont le nom est "Itzhak Stern" et incarné à l'écran par le somptueux Ben Kingsley. Sous de faux airs de "Gary Cooper", l'acteur intériorise complètement son personnage et lui donne l'air grave de circonstance. C'est lui le cerveau d' "Oskar Schindler" qui le lui répétera assez souvent. Le film est entièrement en noir et blanc, mais une petite fille blonde apparaît pourtant avec un manteau coloré an rouge...C'est cette apparition à la fin tragique qui rythme les prises de conscience successives de notre héros "Oskar Schindler". Inutile de parler des qualités de ce film récompensé à maintes reprises par les instances du cinéma... Je crois que si ce film est important, c'est avant tout parce qu'il peut permettre aux générations actuelles et futures de ne pas oublier ce que l'homme a fait à l'homme et est capable de faire à l'homme. J'ai une pensée pour les millions de juifs exterminés lors de ce génocide mais aussi pour les milliers de civils français et de toute nationalité non revenus de ces camps et dont on ne parle pas assez...."Merci", votre sacrifice n'aura pas été vain. Pierre Troestler