UN PILOTE REVIENT - 1942

Titre VF UN PILOTE REVIENT
Titre VO Un pilota ritorna
Année de réalisation 1942
Nationalité Italie
Durée 1h28
Genre DRAME
Notation 8
Date de sortie en France
Thème(s)
Cinéma italien (ORIGINE)
Deuxième Guerre Mondiale (Cinéma italien)
Aéroports (et / ou) aviation militaire (Cinéma italien)
Amputations
Parachutisme
Puits (tous pays confondus)
Milieu médical (Cinéma italien)
Chats (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
ROSSELLINI Roberto
Chef(s) Opérateur(s)
SERATRICE Vincenzo
Musique
ROSSELLINI Renzo
Renseignements complémentaires
Scénario : Michelangelo Antonioni,
Rosario Leone, Massimo Mida,
Margherita Maglione et Roberto Rossellini .....
d'après un sujet de Vittorio Mussolini
Dialogues : Ugo Betti
et Gherardo Gherardi .....

Nota : le film est dédié "Avec chaleur à ceux qui ne sont pas revenus du ciel de Grèce" .....
Acteurs
GIROTTI Massimo
BELMONTE Michela
MASIER Gaetano
BETRONE Elvira
BRONDELLO Nino
LULLI Piero
TINTA Jole
VALDAMBRINI Giovanni
PALERMINI Piero
KELLERMANN Jucci
Résumé

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, un pilote italien, Gino Rossati, faisant partie d'une petite escadrille d'avions bombardiers, est contraint de sauter en parachute au-dessus de la Grèce. Il est fait prisonnier par les Anglais et rencontre, dans le camp où il est détenu, une jeune femme d'origine hellénique, prénommée Anna, âgée de dix-huit ans, la fille d'un médecin des lieux qui seconde son père dans une grave et dramatique opération chirurgicale, l'amputation d'une jambe d'un blessé, atteinte de gangrène. Profitant de la confusion qui suit un bombardement, il parvient à s'évader, non sans avoir promis auparavant à la demoiselle dont il est tombé amoureux, de revenir dès la fin des hostilités. C'est aux commandes d'un avion anglais qu'il prend la fuite et parvient à retourner dans son pays, sur la base même de son affectation, malgré quelques blessures occasionnées durant sa folle escapade...

>>> Consacrée en 1942 par le Prix National Cinématographique pour le Meilleur Film Politique et de Guerre, bénéficiant de l'apport scénaristique du second fils du Duce, Vittorio Mussolini, sous l'anagramme de Tito Silvio Mursino et souvent considérée comme un film de propagande, cette œuvre insipide et niaise dégage un ennui soporifique que même le charisme de Massimo Girotti n'arrivent pas à dissiper...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
Critiques (Public)