BARBEROUSSE - 1965

Titre VF BARBEROUSSE
Titre VO Akahige
Année de réalisation 1965
Nationalité Japon
Durée 3h00
Genre DRAME
Notation 19
Date de sortie en France 14/01/1978
Thème(s)
Milieu médical (Cinéma japonais)
Cinéma japonais (ORIGINE)
Folies, démences et autres dérangements de l'esprit (Cinéma japonais)
Prix "Cinéfiches" des meilleures interprétations
Poisons (Cinéma japonais)
Réalisateur(s)
KUROSAWA Akira
Chef(s) Opérateur(s)
NAKAI Asakazu SAITO Takao
Musique
SATO Masaru
Renseignements complémentaires
Scénario : Akira Kurosawa,
Hideo Oguni, Ryozo Kikushima
et Masato Ide .....
d'après le roman de Shugoro Yamamoto
Distribution : Alive

Visa d'exploitation : 45 378

- Prix "Cinéfiches" (Meilleure Interprétation) pour Toshiro Mifune .....
Acteurs
MIFUNE Toshiro
KAYAMA Yûzô
KAGAWA Kyôko
FUJIWARA Kamatari
NEGISHI Akemi
YAMAZAKI Tsutomu
KUWANO Miyuki
NIKI Terumi
ZUSHI Yoshitaka
TSUCHIYA Yoshio
SUGIMURA Haruko
DAN Reiko
EHARA Tatsuyoshi
YANAGI Eijiro
CHIBA Nobuo
TÔNO Eijirô
SHIMURA Takashi
NAITO Yoko
RYU Chishû
MITSUTA Ken
TANAKA Kinuyo
Résumé

Au Japon, à l'époque féodale, un jeune étudiant en médecine, tout frais émoulu d'une haute école de Nagasaki, se trouve à son grand désappointement, nommé dans l'hôpital d'un quartier pauvre de Tokyo auprès du médecin-chef Barberousse. Son contact quotidien avec les miséreux et les laissés-pour-compte, la forte présence de son supérieur, lui feront découvrir, au fil des semaines et des problèmes, un autre aspect de la médecine, loin des honneurs et des privautés...

>>> Un véritable chef-d'oeuvre humaniste et un somptueux hymne à la fraternité...

Bibliographie
- Cinématographe numéro 35
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Ecran numéro 65
- Positif numéro 72
- Le Nouvel Observateur (01/01/78)
- Lumière numéro 5
- Cinéma numéro 99
- Positif numéro 205
- La Revue du Cinéma numéro 324
- Jeune Cinéma numéro 108
Critiques (Public)
Comme dit le Docteur "Barberousse" dans le film : Dans une vie, rien n'est plus sublime que les derniers instants. Toute l'atmosphère du film de Kurosawa est contenu dans cette phrase. J'ai vécu moi-même des fragments de derniers instants de quelques personnes. M. R.

15/20 : Vu le dvd en version complète d'affilée, inclus entracte musical sur écran noir : ce fut une erreur d'appréciation, mieux vaut deux séances tellement c'est ardu. Savant jeu d'ombres et de lumières en noir et blanc. Comporte des scènes à couper le souffle. Un propos riche d'une infinité d'angles. J'ai trouvé que c'était une épreuve à cause de la forme choisie, théâtrale avec parfois ces rituels japonais qui, pour nous autres Européens, s'étirent dans le vide en amenant une austérité fatigante. En fait, tout en suivant l'évolution du jeune médecin auprès de Barberousse, j'ai vraiment accroché à partir de la petite Otoyo, il faut voir comment Akira Kurosawa l'a filmée, toute en ombres avec ses yeux luisants. Elle apporte beaucoup d'humanité à tout le reste. Des scènes sidérantes donc, entre autres cette audace de borborygmes d'un agonisant, l'opération sans anesthésie (on ne voit pas de sang) mais aussi cet instant capital de la conversation d'Otoyo avec le "petit rat" Chono, tandis qu'une soignante pleure dans le coin droit de l'écran..."A-t-on jamais vu les politiques s'attaquer à la misère et à l'ignorance ?" : cette question du Docteur Barberousse vient contrebalancer le parfois discutable "rien n'est plus sublime que les derniers instants". L.Ventriloque