CRASH - 1996

Titre VF CRASH
Titre VO Crash
Année de réalisation 1996
Nationalité Canada
Durée 1h40
Genre DRAME PSYCHOLOGIQUE
Notation 18
Date de sortie en France 17/07/1996
Thème(s)
Cinéma canadien (ORIGINE)
Voitures (Autres pays)
Handicapés moteurs (Cinéma canadien)
Ballard (James Graham)
Réalisateur(s)
CRONENBERG David
Chef(s) Opérateur(s)
SUSCHITZKY Peter
Musique
SHORE Howard
Renseignements complémentaires
Scénario : David Cronenberg
d'après (l'excellent) roman de J.G. Ballard .....
Distribution : Bac Films
Produit par David Cronenberg

Visa d'exploitation : 90 459

Nota : pour David Cronenberg, uniquement la voix .....
Acteurs
SPADER James
HUNTER Holly
KOTEAS Elias
ARQUETTE Rosanna
UNGER Deborah
MAC NEILL Peter
JULIAN Yolande
SWARTS Cheryl
KATZ Judah
GUADAGNI Nicky
SAROSIAK Ron
BANKS Boyd
PARILO Markus
STONEHAM John (junior)
POON Alice
CRONENBERG David
MARCANTONIO Jordan-Patrick
ADAMS Lloyd
VAN HART Ron
ADAMS Mark
BIANCO Marco
CHIU Phil
COOK Shelley
CORDEIRO Tony
ELLERY Peter
GIBSON Chris
HANLAN Ted
MANNING Christine
MAC LEAN D.
PARKER Rick
RACKI Branko
RENFRO Brian
RUTLEDGE Paul
SZKODA Peter
TERRIO Linda
TYUKODI Anton
Résumé

Efficace producteur de films publicitaires, James Ballard mène une existence fort libérée avec son épouse Catherine, où chacun se vit, au hasard des occasions et des rencontres, moult expériences sexuelles reconnues et revécues dans de mutuelles et réciproques confidences érotiques. Lors d'un dramatique accident de voiture, James connaît les affres et les délices de la peur et du danger et découvre progressivement, avec la femme de sa victime, les troublants rapports entre le plaisir et la mort. Il finira bientôt par rencontrer d'autres individus, en quête frénétique comme lui, de la même obsessionnelle et maladive "vérité"...

>>> Déjà le roman d'anticipation de J.G. Ballard irradiait de tous ses mots et ses douleurs cette expérience ultime de la jouissance extatique et funèbre avec un brio certain et une rare conviction. Cronenberg la prolonge et la complémentarise visuellement, avec une feutrée et luisante efficacité...

Bibliographie
- Positif numéros 425/426 et 501
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Avant-Scène numéro 454
- Cahiers du Cinéma numéros 503 et 504
- Saison Cinématographique 1996
- Fiche du Cinéma numéro 1378
- Télérama numéros 1435 et 2427

Critiques (Public)
Cronenberg, par le biais d'une oeuvre bouleversante (traumatisante serait un terme sans doute plus approprié) a réussi un joli coup. Les liens entre mort, sexe, jeu et plaisir ont été grâce à lui matérialisés d'une manière nouvelle: mêler souffrance et plaisir sexuel n'est pas nouveau, mais allier à cette union l'objet qui aujourd'hui est l'attribut de tout un chacun -la voiture- voilà qui est rare. Transformer l'auto, qui n'est plus le simple symbole de réussite sociale ou de virilité, en épave pour prendre son pied, voilà qui est d'autant plus rare. Quand on prend connaissance du synopsis, on a peur que tout ça tombe dans le ridicule et l'inepte. Mais Cronenberg, mène son film a un rythme d'enfer. Tout ceci est tellement bien fait que l'on se surprend à s'imaginer encastré dans un accident, une tête coupée à coté de soi, en train de baiser une femme ensanglantée. Ce qui n'aurait jamais pu se passer avant la vision de « Crash ». Dommage tout de même que les rapports entre plaisir et mort n'aient pas été exprimés verbalement, afin de faciliter une compréhension qui doit se contenter souvent de sous-entendus. A noter l'extrême sensualité de tous les acteurs. Film inclassable à voir absolument. SH

Des parties de jambes ou de jambes en l'air dans des carcasses de voitures, malgré des connotations sociologiques et métaphysique évidentes ne suffisent pas en dépit de la technique savante du réalisateur à élever le niveau de ce film au dessus de celui d’un honnête film soft porno. G FAUCON

Un film nul à déconseiller à tout prix : de la violence, du sexe, un film totalement inutile et stressant, à éliminer immédiatement... nul, nul, nul

Tout à fait d'accord avec l'avis qui précède: film nullissime qui se distingue avant tout par sa prétention et l'ennui profond qu'il provoque chez le malheureux spectateur. Cette production aurait mieux sa place dans une pharmacie au rayon "Hypnotiques puissants". A propos de place, Cronenberg, cinéaste surfait, n'a certainement pas la sienne dans une liste qui accueille Kubrick, Visconti ou Bergman. Du balai! Y aurait-il des critiques de Télérama parmi vous?... A bientôt.

Cronenberg s'égare dans un film voyeur qui ne délivre aucun message. Rien à sauver dans ce nanar digne de passer en deuxième partie de soirée un samedi sur M6.