TUEURS DE DAMES - 1955

Titre VF TUEURS DE DAMES
Titre VO The ladykillers
Année de réalisation 1955
Nationalité Grande-Bretagne
Durée 1h36
Genre COMEDIE
Notation 19
Date de sortie en France 03/02/1956
Thème(s)
Chefs-d'oeuvre (Comédie britannique)
Cinéma britannique (ORIGINE)
Ealing Studios
Petites annonces
Réalisateur(s)
MACKENDRICK Alexander
Chef(s) Opérateur(s)
HELLER Otto
Musique
CARY Tristram
Renseignements complémentaires
Scénario : William Rose
Distribution : Rank
Produit par Ealing Studios

Visa d'exploitation : 17 961
Acteurs
GUINNESS Alec
LOM Herbert
SELLERS Peter
WARNER Jack
PARKER Cecil
JOHNSON Katie
GREEN Danny
MOORE Robert
GOODWIN Harold
WILLIAMS Peter
HOWERD Frankie
STAINTON Philip
CONNOR Kenneth
GRIFFITHS Fred
KYDD Sam
HODGSON Phoebe
MARTIN Edie
BURLS Helen
KERRY Evelyn
WILSON Neil
ROBERTS Ewan
CORCORAN Michael
MELFORD Jack
RUDLING John
BRINDLEY Madge
GRIFFITHS Lucy
SHARP Leonard
RODERICK George
JOHNS Stratford
Résumé

Une sympathique vieille dame, Miss Wilberforce, un peu maniaque, un peu fantasque, loue une chambre à un groupe de musiciens classiques. A leur tête, le professeur Marcus et quelques acolytes-complices qui projettent de dévaliser un important transfert de fonds qui doit transiter par une gare londonienne. Leur but, utiliser la naïveté de leur logeuse, pour récupérer leur butin...

>>> Petit bijou intangible de la meilleure comédie anglaise, à l'inoubliable humour britannique, qui reste un intangible chef-d'oeuvre produit par les fameux Ealing Studios à l'origine de bien des fulgurances cinématographiques de l'époque...

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Télérama numéro 1772
- Cinéma numéros 301 et 315
- Revue du Cinéma numéro 471
- Positif numéro 372
- Télérama numéro 1772
Critiques (Public)
Quelle admirable petit bout de femme que Katie Johnson, haute comme trois pommes et lumineuse comme une jeune starlette débutante de l'extraordinaire Ealing Studios, petite maison de production anglaise qui, sur une période d'une dizaine d'années seulement, nous aura gratifié de quelques fantastiques chefs-d'oeuvre britanniques à jamais inoubliables. D'une fraîcheur de soubrette malgré ces quatre-vingt printemps, Mrs Wilberson (dans le film) mélomane et mythomane dans sa bonté fragile de vieille fille coquette, saura se débarrasser sans coup férir des cinq brutes épaisses venus comploter un radical hold-up, dans l'anonymat de leur chambre d'hôte. Et l'on aura droit au musical subterfuge du petit orchestre à cordes, révisant interminablement un unique menuet de Boccherini, comme intermède entre la mise en confiance de notre logeuse et le vol du fastueux contenu d'un anonyme camion blindé. Une comédie exquise et savoureuse, british jusqu'au bout des ongles, avec son éternel thé de cinq heures, ses affables bobbies de quartier et son humour si particulièrement feutré, que je viens de revoir à nouveau, la semaine dernière, à l'aube de mes trente-cinq ans, pour la troisième fois déjà, avec le subtil contentement de partager votre propre enthousiasme pour ce bijou de film...                    Amandine qui (vous) taquine