LE TRAIN SIFFLERA TROIS FOIS - 1952

Titre VF LE TRAIN SIFFLERA TROIS FOIS
Titre VO High noon
Année de réalisation 1952
Nationalité Etats-Unis
Durée 1h25
Genre WESTERN
Notation 17
Date de sortie en France 26/09/1952
Thème(s)
Chefs-d'oeuvre (Western)
Trains et gares (Cinéma américain)
Foreman (Carl)
Réalisateur(s)
ZINNEMANN Fred
Chef(s) Opérateur(s)
CROSBY Floyd
Musique
TIOMKIN Dimitri
Renseignements complémentaires
Scénario : Carl Foreman
d'après un sujet de John W. Cunningham
Chanson (VF) :"Si toi aussi tu m'abandonnes"
Décors : Rudolf Sternard .....
Distribution : United Artists

Visa d'exploitation : 12 796

Nota :

- Oscar 1952 d'interprétation masculine pour Gary Cooper .....

- Affiche du film d'origine allemande .....
Acteurs
COOPER Gary
KELLY Grace
JURADO Katy
MITCHELL Thomas
BRIDGES Lloyd
KRUGER Otto
VAN CLEEF Lee
CHANEY Lon (junior)
BLAKE Larry J.
MORGAN Henry Harry
DOUCETTE John
PHILLIPS William Bill
ELAM Jack
MAC DONALD Ian
MILLICAN James
NEWELL William
PRIVAL Lucien
FARMER Virginia
DUBOV Paul
HARVEY Harry
GREENWAY Tom
LONDON Tom
WILKE Robert J.
WOOLEY Sheb
CHRISTINE Virginia
FARLEY Morgan
MAC VEAGH Eve
SHANNON Harry
YOUNG Jack N.
AAKER Lee
BEACH Guy
BLACKFORD Jeanne
BUCKO Roy
CARSON Bob
CHAMBERLIN Howland
CLARK Cliff
CORBETT Ben
ELLIOTT Dick
GRAHAM Tim
HAYWARD Chuck
MAC CORMICK Merrill
JOHNSON Chubby
LEARY Nolan
REED Ralph
SAYLOR Syd
STANHOPE Ted
O'BRIEN William H.
Résumé
Un shérif lutte seul contre quatre bandits dans une petite bourgade du Texas .....
Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Télé-Ciné numéro 34
- Fiche Vox numéros 1, 16
- Radio-Cinéma numéro 309
- Image et Son numéros 130, 269, 374
- Saison Cinématographique 1959
- Positif numéros 9, 102
- Cahiers du Cinéma numéro 16
- Télérama numéros 309, 953
- Le Monde du 9 octobre 1952
- Cinématographe numéros 79, 108
- Cinéma numéros 283/284
- Cinéma numéro 315
Critiques (Public)
L'un des premiers westerns psychologiques paraît-il, alors qu'il est entaché d'une mythologie très manichéenne. Le pachydermique Gary Cooper veut épouser l'inexistante Grace Kelly. Heureusement, il y a les seconds rôles américains (leur réputation n'est pas volée) comme Katy Jurado (quelle voleuse de scène !)ou Lloyd Bridges. AXEL.

Sans détour, ce film est une pure merveille, sur tous les plans. A la manière du "The Set Up" de Wise, Zinnemann filme l’action en temps réel (les inserts d’horloge viennent confirmer ce déroulé linéaire). Le respect de l’unité de temps est scrupuleux. Tout comme celui de l’unité d’espace. Bien que la gare (notez les plans proprement merveilleux entre les rails – j’en profite pour dire que niveau cadrage, il n’y a rien à jeter) soit excentrée du village, l’action est circonscrite dans un espace clairement défini. Seule la scène d’ouverture (sur laquelle le générique est ajouté), où l’on voit les trois acolytes de Miller (dont l’un n’est autre que Lee Van Cleef), fait exception. Je parlais des insertions, c’est en réalité l’ensemble du montage qui est de haute tenue, à montrer dans toutes les écoles. Il n’échappe pas à la logique implacable du récit et corrobore la tragédie grandissante qui entoure le personnage de Gary Cooper dans ce qui est sans aucun doute l’une de ses meilleures prestations (pour faire vite et péremptoire, il est merveilleux et est à mon sens le seul acteur qui pouvait jouer ce rôle). L’alternance des plans intérieurs/extérieurs, village/gare, n’est pas non plus étrangère au sentiment d’impuissance et de solitude qui le prend à la gorge (et au cœur). "Le train sifflera trois fois", en plus d’être techniquement parfait, est un merveilleux film psychologique et moral (ce qui n’est pas tout à fait la même chose). Le cowboy solitaire brut de décoffrage est une icône morte et enterrée. Place est faite aux doutes et à la peur. Allégorie du maccarthysme (Carl Foreman, le scénariste, fut d’ailleurs placé sur la liste noire d’Hollywood), c’est un film qui en impose et qui ne cesse de démontrer – s’il était permis d’en douter – que le cinéma est un art aux finalités multiples. C’eût pu être de la tragédie grecque, c’est un des plus grands films de l’histoire du cinéma. Ni plus, ni moins. EF