LAUREL ET HARDY CONSCRITS - 1939

Titre VF LAUREL ET HARDY CONSCRITS
Titre VO The flying deuces
Année de réalisation 1939
Nationalité Etats-Unis
Durée 1h09
Genre COMEDIE
Notation 14
Date de sortie en France 21/01/1949
Thème(s)
Burlesques (Cinéma américain) longs métrages
Désertion et déserteurs (tous pays confondus)
Légionnaires
Tour Eiffel (tous pays confondus)
Arc de Triomphe (Paris)
Requins (Cinéma américain)
Réalisateur(s)
SUTHERLAND Edward
Chef(s) Opérateur(s)
LLOYD Art
Musique
SHUKEN Leo LEIPOLD John
Renseignements complémentaires
Scénario : Ralph Spence,
Alfred Schiller, Charles Rogers
et Harry Langdon .....
Conseiller a la production : Rudolph Mate
Distribution : Artistes Associés


Visa d'exploitation : 6335

Nota : affiche du film d'origine allemande .....
Acteurs
LAUREL Stan
HARDY Oliver
PARKER Jean
GARDINER Reginald
MIDDLETON Charles
DEL VAL Jean
WHITLEY Crane
FINLAYSON James
CRAMER Richard
VISAROFF Michael
BANNISTER Monica
BANNON Bonnie
CAREY Mary Jane
CABANNE Christine
CLARKE Frank L.
BORDEN Eddie
GUARD Kit
LUFKIN Sam
ENGLE Billy
CHEFE Jack
Résumé

Suite a une peine de coeur, Ollie s'engage dans la légion. Stan le suit. Mais la vie
militaire semble rapidement pénible aux deux compères .....

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
Critiques (Public)
Une perception nouvelle envahit un contexte dur et contraignant, le burlesque par l’intermédiaire de Stan Laurel et Oliver Hardy, entamé par un chagrin d’amour, s’attaque à la guérison des blessures d’Eros en titillant discipline et procédures. La légion est un met de choix pour mettre en pratique une approche personnelle du relationnel militaire hiérarchique, qui pour nos deux compères ne signifie pas grand-chose. Le bureau du commandant est envahi, on pille ses cigares en discutant du montant de sa solde, Stan et Oliver se ballade dans la caserne comme dans un supermarché, critiquent l’organisation, brûlent par maladresse l’intégralité de la lingerie, on est aux anges devant cette faune militaire bafouée jusque sur ses terres par cette double inconscience, ne répondant qu’à une perception interne et personnelle du relationnel. Rien ne les arrêtent, le camp militaire est en plein naufrage, les gags s’amoncèlent, Stan et Oliver dont la négligence naturelle du règlement est un vrai régal, s’en donnent à cœur joie, la caserne devient un parc de jeux où tout le monde court dans tous les sens afin d’enrayer au maximum cette inévitable chute de dominos, la où ils passent rien ne repousse. Le déclic de la cruelle déception amoureuse parisienne de départ permet à Oliver, grâce aux circonstances, de se rattraper sur site du dédain de la belle présente en ces lieux, la déferlante vengeresse ne s’en prend pas aux individualités, mais à l’organisation complète qui paie pour la moquerie féminine envers un gros balourd amoureux et sincère. Le respect envers le gradé est ridiculisé dans la joie et la bonne humeur, le spectateur se pâme de voir la hiérarchie militaire manipulée par deux civils déchaînés. En cette fin des années 30 (sortie du film) et de ses nombreuses diffusions dans les années 60 à la télévision française, le climat est lourd, le respect militaire est pesant, la discipline dure, Les extravagances de Stan et Oliver se payant le luxe de démissionner de l’armée amusent tous ces jeunes appelés en partance, appréhendant un service militaire de 18 mois à l’époque. "Les conscrits" n’est pas un film mineur, il montre, certes par le rire, une certaine rébellion naturelle et inconsciente envers la servitude. JIPI