LES DESHERITES DE LA VIE - 1925

Titre VF LES DESHERITES DE LA VIE
Titre VO Die Verrufenen
Année de réalisation 1925
Nationalité Allemagne
Durée 1h53
Genre DRAME
Notation 15
Date de sortie en France
Thème(s)
Cinéma allemand (ORIGINE)
Suicide (Cinéma allemand) (est et ouest)
Photos et photographes (Cinéma allemand) (est et ouest)
Jeux d'échecs (tous pays confondus)
Milieu ouvrier (Cinéma allemand) (est et ouest)
Alcoolisme et autres beuveries (Cinéma allemand) (est et ouest)
Prostitution (Cinéma allemand) (est et ouest)
Chiens (Autres pays)
Rats et autres souris (tous pays confondus)
Voyances, cartomancie et autres divinations (tous pays confondus)
Timbres-poste et philatélie
Peniches
Quart monde (Cinéma allemand) (est et ouest)
Réalisateur(s)
LAMPRECHT Gerhard
Chef(s) Opérateur(s)
HASSELMANN Karl
Musique
SOSIN Donald
Renseignements complémentaires
Scénario : Gerhard Lamprecht
et Luise Heilborn-Körbitz .....
d'après une histoire de Heinrich Zille

Nota :

- Sous-titre VO : "Der fünfte Stand"

- Sous-titre VF : "Le cinquième état"
Acteurs
EGEDE-NISSEN Aud
GOETZKE Bernhard
CHRISTIANS Mady
BERGEN Arthur
BRAUT Frigga
JOHN Georg
ROTHAUSER Eduard
RICHARD Frida
BILDT Paul
IMHOF Hildegard
BUMMERSTEDT Christian
BIEBRACH Rudolf
WÄSCHER Aribert
KUPFER Margarete
FORESCU Maria
DEL ZOPP Rudolf
GARRISON Robert
GÜNTHER Paul
MAXIMILIAN Max
TORF Sylvia
Résumé

Ancien ingénieur, Robert Kramer vient de sortir de prison, après une lourde condamnation pour parjure. Il se rend chez son père qui refuse de le recevoir et le renvoie à la rue. Sa seconde visite est pour sa fiancée Gerda qui s'est mariée entre temps avec un autre. Après une longue et fastidieuse recherche d'un travail, il se retrouve à l'asile des sans-abri, complètement désespéré, au point, quelques jours plus tard, de vouloir se jeter à l'eau, du haut d'un pont. Sauvé in extremis par Emma, une jeune prostituée qui l'héberge chez elle et lui permet de remonter lentement la pente, il survit en cousant des sacs de jute, une activité quotidienne apprise en détention. Par chance, il va devenir l'assistant d'un photographe, un certain Rottmann qui fait des clichés dans les bistrots et autres tavernes pour les clients, avec lequel il finit par sympathiser. Hélas, Emma se laisse entraîner par Gustav, un de ces nombreux voyous qui végètent dans les bas-fonds et que Kramer avait côtoyé en prison, pour dévaliser un de ses clients, fort brutalement. Robert permettra au couple désormais recherché de prendre la fuite sur une péniche, en lui procurant un peu d'argent emprunté à son ami Rottmann. Bientôt il va trouver un travail d'ouvrier dans une usine berlinoise et en dépannant une importante presse hors service, s'attirer la réelle sympathie de Lossen, le directeur et de sa soeur Régine. Une possible nouvelle existence se pointe désormais à l'horizon de son chaotique vécu actuel...

>>> C'est avec constance et opiniâtreté que l'excellent réalisateur allemand, Gerhard Lamprecht, continue son travail de mise à nu et de dénonciation de certaines scandaleuses conditions de survie et d'existence désastreuse d'une partie de la collectivité, laissant toute une frange de la population, le lumpenprolétariat, dans une situation de paupérisation permanente menant à toutes les lamentables extrémités...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
Critiques (Public)