LES CONTES DE LA LUNE VAGUE APRES LA PLUIE - 1953

Titre VF LES CONTES DE LA LUNE VAGUE APRES LA PLUIE
Titre VO Ugetsu monogatari
Année de réalisation 1953
Nationalité Japon
Durée 1h36
Genre DRAME
Notation 17
Date de sortie en France 18/03/1959
Thème(s)
Barques, pirogues, chaloupes et autres canots .....
Potiers
Cinéma japonais (ORIGINE)
Fantômes (Cinéma japonais)
Prostitution (Cinéma japonais)
Samouraïs et ronins (Cinéma japonais)
Réalisateur(s)
MIZOGUCHI Kenji
Chef(s) Opérateur(s)
MIYAGAWA Kazuo
Musique
HAYASAKA Fumio
Renseignements complémentaires
Scénario : Yoshikata Yoda
d'après deux nouvelles d'Akinari Ueda :
"La maison dans les roseaux"
et "L'impudicité du serpent femelle" .....
et une idée de Kyûchi Tsuji
Adaptation : Matsutarô Kawaguchi
Distribution (salles et dvd) : films sans frontières

Visa d'exploitation : 21 804

Nota : Lion d'argent au Festival de Venise 1953 .....
Acteurs
KYO Machiko
MORI Masayuki
TANAKA Kinuyo
OZAWA Eitaro
MITO Mitsuko
AOYAMA Sugisaku
MORI Kikue
RAMON Mitsusaburo
KAGAWA Ryosuke
SAWAMURA Ichisaburo
NAMBU Shozo
TSUCHIDA Kichijiro
UEDA Kichijiro
ONOE Eigoro
DATE Saburô
KONGO Reiko
AMANO Ichiro
OMI Teruko
KOYANAGI Keiko
FUJIKAWA Jun
FUKUI Ryuuji
KIKUNO Masayoshi
KOSHIKAWA Hajime
MITSUOKA Ryuzaburo
YOKOYAMA Fumihiko
Résumé

Fin du 16e siècle, dans un Japon constamment ravagé par de violentes guerres intestines opposant moult clans et factions diverses, en permanentes rivalités, quelquefois ouvertes, d'autres fois sournoises et clandestines. Habitant un misérable petit village dans la région du lac Biwa, Genjuro le potier et Tobei son beau-frère rêvent, l'un de folles richesses, l'autre d'incommensurable gloire. Nos deux compères se rendent au marché de Nagahama, vendre leurs produits alors même que l'armée du redoutable Shibata fait irruption dans la contrée : désordres, fuites et pillages sont le lot quotidien des autochtones et des voyageurs paniqués. Pendant ce temps, Genjuro qui vient d'écouler une grande partie de ces poteries à une mystérieuse princesse, se retrouve sous le charme de cette dernière, en fait, ce qu'il ignore encore, le spectre d'une femme morte depuis des années, et Tobei qui a dilapidé son pécule pour une tenue de samouraï, et acquis une réputation de grand guerrier pour un fallacieux fait d'armes, découvre sa femme, entre temps enlevée et violée par des soldats, désormais prostituée dans une taverne de passage alors que l'épouse de Genjuro se fait tuer, lors d'une agression de quelques hommes de troupe, violemment affamés...

>>> Puissante et troublante fable / parabole sur l'inconsistance des biens temporels, les vicissitudes et l'horreur de la guerre, qui reste un inoubliable moment de cinéma, par l'étonnante plasticité de ses décors, une magistrale fluidité dans l'agencement des longs plans d'ensemble et par l'universalité de son message, bien au-delà du restreint et restrictif contexte historique d'un lointain Japon médiéval...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Cinématographe numéros 41 et 50
- Avant-Scène numéro 179
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Saison Cinématographique 1959
- Revue du Cinéma numéros 125, 167/168, 214, 333, 352, 459
- Studio numéro 36
- Les Cahiers du Cinéma numéro 525
- Cinéma numéros 36, 66, 249
- Positif numéros 212 et 465
Critiques (Public)
Cette "histoire de fantômes japonais" recèle beaucoup de vérité humaine et une forte dose de sagesse. D'un profond humanisme, elle nous présente l'être humain comme fort petit, malingre, insignifiant dans la tourmente des guerres et la violence de ses futiles envies. Un vrai classique inoubliable ...   Signé : N'OURS