THE HAPPY ENDING - 1969

Titre VF THE HAPPY ENDING
Titre VO The happy ending
Année de réalisation 1969
Nationalité Etats-Unis
Durée 1h52
Genre DRAME
Notation 16
Date de sortie en France
Thème(s)
Films américains inédits en salles (en France)
Drive-in (tous pays confondus)
Mariage (Cinéma américain)
Employé(e)s de maison (Cinéma américain)
Aéroports (et / ou) aviation civile (Cinéma américain)
Coiffeurs et barbiers ...
Jeux (cartes)
Alcoolisme et autres beuveries (Cinéma américain)
Ambulances (tous pays confondus)
Milieu médical (Cinéma américain)
Suicide (Cinéma américain)
Petites annonces
Féminisme (tous pays confondus)
Dépression (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
BROOKS Richard
Chef(s) Opérateur(s)
HALL Conrad
Musique
LEGRAND Michel
Renseignements complémentaires
Scénario et production :
Richard Brooks .....
Distribution (USA) : United Artists

Nota :

Avec des extraits de quatre films :

- "Ames libres" de Clarence Brown

- Susan Lenox, her fall and rise" de Robert Z. Leonard

- "Le père de la mariée" de Vincente Minnelli

- "Casablanca" de Michael Curtiz
Acteurs
SIMMONS Jean
FORSYTHE John
JONES Shirley
BRIDGES Lloyd
WRIGHT Teresa
SHAWN Dick
FABRAY Nanette
DARIN Bobby
LOUISE Tina
FIELDS Kathy
STEELE Karen
HENSLEY Gail
BRENT Eve
O'CONNELL William
CAHILL Barry
BLAKE Miriam
GALLAUDET John
LA LANNE Jack
MORAN Erin
ROBERTS Nanci
Résumé

Mariée depuis une bonne quinzaine d'années, Mary Wilson s'est peu à peu laissée gagner par l'ennui et la facilité, entre un époux, conseiller fiscal, souvent absent, une fille prénommée Marge, d'une grande indépendance, sur fond de journées moroses, de plus en plus inconsistantes que l'on va tenter d'oublier à coups de calmants, d'excitants, de tranquillisants et bien sûr, discrètement et avec mesure, de petites doses euphorisantes d'alcool, bouteille adroitement dissimulée dans une anonyme botte de saison ou dans la rafraîchissante cuvette des toilettes. Et pour l'urgence, il reste toujours à portée de mains et de lèvres, un modeste flacon de parfum rempli d'une vodka salvatrice. Bien sûr, à la longue, les idées noires s'accumulent et la dépression finit par s'installer, malgré la présence attentionnée et complice de la pétulante Agnès, employée de maison et solide confidente. Tout finit par déraper, le jour de la traditionnelle fête d'anniversaire de mariage, avec les habituels invités de circonstance, à laquelle Mary ne prend part, ayant pris sur un coup de tête, un billet d'avion pour les Bahamas. C'est durant le vol, qu'elle va faire la rencontre de Flo Harrigan, une ancienne camarade de lycée, depuis longtemps perdue de vue, qui s'en vient rejoindre un de ses derniers amants, à Nassau. La jeune femme plutôt émancipée semble vivre une existence bien plus intéressante et plus amoureuse, fort proche des mélodrames sentimentaux dont notre épouse en goguette raffole...

>>> Oeuvre magnifique, toujours inédite dans l'hexagone, qui fut un radical échec financier aux States, de par le sujet traité et la description sans hypocrisie ni faux-semblants des chausse-trappes d'une existence factice, autour d'institutions et de valeurs profondément iniques, voire fausses et trompeuses. D'une méchanceté feutrée, dénonciatrice du machisme ambiant de la société capitaliste, cette réalisation désabusée et tendre préfigure, un peu avant l'heure, un courant féministe de plus en plus émergeant, dans une société en piteuse capilotade...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
Critiques (Public)