LES HOMMES, LE DIMANCHE - 1930

Titre VF LES HOMMES, LE DIMANCHE
Titre VO Menschen am Sonntag
Autres titres VF
Autres titres VF VIVE LE DIMANCHE
Année de réalisation 1930
Nationalité Allemagne
Durée 1h14
Genre COMEDIE DRAMATIQUE
Notation 17
Date de sortie en France
Thème(s)
Siodmak (Curt)
Documentaires (Cinéma allemand) (est et ouest)
Cinéma allemand (ORIGINE)
Taxis (Cinéma allemand) (est et ouest)
Réalisateur(s)
SIODMAK Robert ULMER Edgar George
Chef(s) Opérateur(s)
SCHÜFFTAN Eugen
Musique
Renseignements complémentaires
Scénario : Billy Wilder
d'après une idée de Curt Siodmak .....
Assistant prise de vue : Fred Zinnemann
Acteurs
BORCHERT Brigitte
EHLERS Christl
SCHREYER Annie
GRETLER Heinrich
SPLETTSTOSSER Erwin
GERT Valeska
VON WALTERSHAUSEN Wolfgang
GERRON Kurt
VEREBES Ernö
Résumé

Une oeuvre étonnante et solide, proche du cinéma documentaire, avec seulement quelques acteurs de soutien, réalisé dans la mégalopole berlinoise, sous la République de Weimar et qu'un générique de fin résume admirablement :

"Cinq personnages jouent dans ce film les mêmes rôles qu'ils tiennent dans la vie : chauffeur de taxi, vendeuse de chaussures, vendeuse de disques, représentant en vins, figurant. Le film terminé, ils sont rentrés dans la foule anonyme dont ils étaient sortis. Parcelles infimes d'une grande cité, ils se détachent dans le pathétique décor de la ville. Ils sont simplement des hommes et des femmes"...

>>> Un classique incontournable du cinéma allemand réalisé par deux metteurs en scène en devenir, un chef-opérateur et son assistant déjà remarquables ...

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
Critiques (Public)
19/20 : Découvert au Cycle Univerciné allemand de novembre 2010 à Nantes. Aucun personnage acteur de métier : ils jouent leur propre rôle un dimanche. Cela donne une idée de la foule des années Vingt en Allemagne, la décontraction que le beau temps procure, que ce soit au travail, dans les logements étroits ou en route pour les espaces de détente... On leur emboîte le pas, trop heureux d'avoir accès à aussi miraculeux... Car c'est en tous points charmant, axé sur ces petits riens qui font le prix des années d'innocence... Le reflet d'une accalmie entre deux guerres et celui de l'éternelle jeunesse. Impossible de se sentir dépaysé avec ces coupes de cheveux féminines dégageant la nuque, (revenues à la mode dans les années 2000), ces petites robes d'été pressées de se frotter au premier coq qui plaît alors que léger, si léger : les parades amoureuses, les petites alarmes du coeur à la moindre concurrence, la complicité ou le crêpage de chignon, les non-dits du couple déjà dans la routine... Tout cela défile, délicieux autant que fugace, attendrissants ou qui font pouffer (scène de la chenille à une terrasse de café, du bain espiègle, des territoires de séduction, du pédalo à quatre, ah, ce pédalo, l'aubaine de repêcher une pagaie et prévoir une nouvelle rencontre ! A se demander comment cette bande de copains cinéastes s'y est prise avec des non professionnels pour immortaliser autant de grâce alors qu'il y aurait eu des heurts pendant le tournage et des fâcheries après. Muet, sans musique aucune, les mouches volent dans la salle, la magie opère... On sort de cette immersion naturaliste le sourire aux lèvres pour un bon moment. L.Ventriloque