QUANTUM OF SOLACE - 2008

Titre VF QUANTUM OF SOLACE
Titre VO Quantum of solace
Année de réalisation 2008
Nationalité Etats-Unis
Durée 1h46
Genre ESPIONNAGE
Notation 13
Date de sortie en France 31/10/2008
Thème(s)
Aéroports (et / ou) aviation civile (Cinéma américain)
Hôtels (Cinéma américain)
Taxis (Cinéma américain)
Hélicoptères (tous pays confondus)
Bateaux (yachts)
Opéras et opérettes (tous pays confondus)
Déserts (Cinéma américain)
Parachutisme
Bateaux ( Hors-bords) (tous pays confondus)
Films tournés avec une ou plusieurs fins différentes (tous pays confondus)
Bond (James)
Voitures (Jaguar) (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
FORSTER Marc
Chef(s) Opérateur(s)
SCHAEFER Roberto
Musique
ARNOLD David
Renseignements complémentaires
Scénario : Paul Haggis, Neal Purvis et Robert Wade .....
Distribution : Sony Pictures Releasing France

Visa d'exploitation : 121 583

Nota : film tourné avec une fin alternative .....
Acteurs
CRAIG Daniel
AMALRIC Mathieu
DENCH Judi
ARTERTON Gemma
KURYLENKO Olga
WRIGHT Jeffrey
MAC DOWALL Rachel
KATIC Stana
GIANNINI Giancarlo
CHAPLIN Oona
CHRISTENSEN Jesper
JACKSON Neil
PIGOTT-SMITH Tim
REDINGTON Tracy
TAUBMAN Anatole
KINNEAR Rory
KASSIANIDES Simon
HARBOUR David
COSIO Joaquin
OCHOA Jesus
GUILLEN CUERVO Fernando
DEGRUTTOLA Raffaello
LANZ Christoph
FOSTER Glenn
RICHARDSON Laurence
HELLER Christian
WILSON Chris (2)
GIL Antonio
HANSEN Richard
CUNNINGHAM Neil
Résumé

Sur une route escarpée du littoral italien, James Bond, agent secret de Sa Très Gracieuse Majesté, tente d'échapper à une échevelée et meurtrière poursuite, au volant de sa puissante voiture de sport. On le retrouve sain et sauf en Toscane à Sienne, avec dans le coffre de son véhicule à peine cabossé, un quidam destiné à un pressant interrogatoire par les hommes de M. la responsable des Services Secrets Britanniques. L'homme parvient néanmoins à prendre la fuite grâce à la complicité d'un traître, garde du corps au sein même des sections de sécurité du MI5. La piste mène directement en Haïti, à Port-au-Prince, où Bond récupère une valise fort convoitée qui devrait lui permettre de remonter jusqu'à une mystérieuse organisation, aux ramifications multiples, à la tête de laquelle officie l'énigmatique Dominic Greene. Ce sera pour lui l'occasion de faire connaissance avec la pulpeuse Camille, à la recherche du libidineux Medrano, général bolivien de son état, pour accomplir une froide vengeance. Il apparaît bientôt que les principaux membres du vaste réseau mafieux se sont donné rendez-vous à Brégenz, dans le Voralberg autrichien, lors d'une mémorable représentation de la Tosca. Les morts s'accumulant sur le chemin de notre agent, ses propres services finissent par mettre en doute sa loyauté et lui coupent finalement crédits et subsides. Vicissitudes guère suffisantes pour entraver ou décourager Bond qui, s'en vînt rejoindre, toujours en Toscane, à Talamone, un ancien confrère des services secrets, Mathis, aujourd'hui à la retraite, qui accepte de l'aider financièrement et opérationnellement, jusqu'à l'accompagner en Bolivie, à La Paz. Il s'avère en fin de compte que l'ingénieux et malfaisant Dominic Greene escompte mettre le grappin sur les réserves d'eau de la planète et devenir par ce moyen un personnage prépondérant...

>>> Sur une idée scénaristique un peu ténue, avec son lot obligé de scènes d'action souvent époustouflantes, malgré une présence certaine d'un Daniel Craig au meilleur de sa forme physique, ce vingt-deuxième opus bondien laisse pourtant un goût quelque peu carencé : manque d'élégance (on est loin de l'époque d'un James Bond nickel, hiératique, tiré à quatre épingles, même après le passage d'une violente tornade ou d'une escouade de gros durs cogneurs. Aujourd'hui Bond s'en sort toujours vainqueur, mais esquinté, les habits lacérés, le faciès marqué tel un vil pugiliste de bas étage) de cynisme (on réfère plus souvent à ses états d'âme qu'à ses états de service, à jamais énamouré, non loin de roucouler une chaleureuse déclaration d'amour à sa dernière ou prochaine conquête) de gadgets (une absence totale d'armes nouvelles, d'inventions étonnantes et insolites. Ne lui reste désormais que ses poings et son pistolet), et à nous une dérisoire nostalgie bien compréhensible...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Télérama numéro 3068 (semaine du 01/11 au 07/11/2008)
- Le Canard Enchaîné du 29 octobre 2008
- Libération du 29 octobre 2008
- Annuel du Cinéma 2009
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Positif numéro 574 (Déc 2008)
Critiques (Public)