LES MAUDITS - 1946

Titre VF LES MAUDITS
Titre VO
Autres titres VF LE SOUS-MARIN BLESSE
Année de réalisation 1946
Nationalité France
Durée 1h45
Genre DRAME
Notation 16
Date de sortie en France 19/09/1947
Thème(s)
Emigration et immigration (Cinéma français)
Sous-marins
Deuxième Guerre Mondiale (Cinéma français)
Jeanson (Henri)
Companeez (Jacques)
Réalisateur(s)
CLEMENT René
Chef(s) Opérateur(s)
ALEKAN Henri
Musique
BAUDRIER Yves
Renseignements complémentaires
Scénario : Jacques Companeez
et Alexandroff .....
Adaptation : Jacques Remy
et René Clément .....
d'après une idée de Jacques Companeez
Assistants-réalisateurs : Claude Bayle
et Pierre Chevalier .....
Dialogues : Henri Jeanson
Distribution : Ciné Sélection

Visa d'exploitation : 4920

Nota :

- Grand Prix d'Honneur des Films d'Aventures (Cannes 1947)
Acteurs
DALIO Marcel
BERNARD Paul
VIDAL Henri
VON HALBERSTADT Andréas
AUCLAIR Michel
DIDIER Jean
MARLY Florence
GIACHETTI Fosco
CAMPION Anne
DEST Jo
MÜNCH Karl
HERVIALE Jeanne
HECTOR Lucien
KRONEFELD Andre
SABAS Paul
VERNIER Claude
NIEMANN George
HERMANN Max
FUCHS Pierre
LOZACH Jean
THIERRY Michel
CARRERE
Résumé

La Seconde Guerre Mondiale est en train de s'achever lamentablement en débâcle pour les forces de l'Axe en ce début de l'année 1945. Quelques nazis en fuite éperdue et des collaborateurs de tous bords tentent de joindre, au bord d'un sous-marin, les hospitalières côtes de l'Amérique du Sud. Par la force, ils ont entraîné avec eux, le docteur Guilbert, un médecin français. La rencontre, au large, d'un cargo allemand, chargé de les ravitailler, sera le début d'un mortel drame...

>>> Deuxième long métrage du metteur en scène, après la fameuse et mémorable "La bataille du rail" qui le place d'office parmi les grands cinéastes français de l'époque...

Bibliographie
- Fiche IDHEC fascicule
- Fiche de Monsieur Cinéma
Critiques (Public)
19,5/20 : En visionnant en 2014 cette mutinerie reléguée aux abysses comme poussière sous un tapis, on mesure l'effet des engouements collectifs. Ainsi, de La Nouvelle Vague, imposée comme référence, et qui écarta toute oeuvre suspectée "trop classique. Il semblerait pourtant que René Clément, gommé comme un gêneur has been (reconnu outre-Atlantique surtout, et par des pointures comme Hitchcock à ce qu'on dit) aurait fait aussi bien, sinon mieux, que "Jeux Interdits" (1952) ou "La Bataille du Rail" (1946). Les Maudits, film méconnu, et pourtant ciselé, haletant, truffé de prouesses techniques encore maintenant, où filmer en studio des séquences aussi proches du réel serait manie d'évaporé, outre la ruine ! Le cinéaste aurait raffolé de navigation, rattrapant sa routine conjugale penché sur les mécaniques compliquées, facilement identifié à ses jeunes acteurs masculins, plutôt sec avec ses actrices. Le spectateur cherche de l'air dans l'étau, ce bateau camouflé sous des mètres de fond qui remonte quand ça lui chante... La mutinerie qui l'accompagne combine l'enfermement d'un groupe humain et la "bonne histoire". Pour qui aime rembobiner les séquences les plus spectaculaires, encore plus quand elles s'inscrivent dans un scénario millimétré, avec des destinées individuelles qui désarçonnent. Incisif regard, parti pris en creux. Echo avec notre époque de surexcitation permanente, René Clément semble dire d'outre-tombe, "voyez le processus, un cynisme crescendo jusqu'au cataclysme et puis"... Sorti salles 1946/1947 ou, en tous temps l'après-folie collective, toutes cartouches grillées. Sans que ce soit nihiliste, désespéré, à se f... une balle ! A l'inverse de quelques critiques déplorant le ton monocorde des personnages, je trouve qu'il se justifie car tous les cerveaux, pro-nazis ou pas, reviennent de l'horreur véritable. L.Ventriloque