LA TRAGEDIE DE LA MINE - 1931

Titre VF LA TRAGEDIE DE LA MINE
Titre VO Kameradschaft
Année de réalisation 1931
Nationalité Allemagne / France
Durée 1h33
Genre DRAME
Notation 17
Date de sortie en France 29/01/1932
Thème(s)
Cinéma allemand (ORIGINE)
Première Guerre Mondiale (Cinéma allemand) (est et ouest)
Frontières (tous pays confondus)
Chômage (Cinéma allemand) (est et ouest)
Bals et dancings (tous pays confondus)
Trains et gares (Cinéma allemand) (est et ouest)
Ambulances (tous pays confondus)
Ascenseurs et monte-charges
Chevaux (Cinéma allemand) (est et ouest)
Mines et mineurs (Cinéma allemand) (est et ouest)
Réalisateur(s)
PABST Georg Wilhelm
Chef(s) Opérateur(s)
BABERSKE Robert WAGNER Fritz Arno
Musique
Renseignements complémentaires
Scénario : Ladislau Vajda
et Karl Otten .....
d'après une idée de Karl Otten

Nota : film bilingue .....
Acteurs
KAMPERS Fritz
GRANACH Alexander
PÜTTJER Gustav
DUCRET Andrée
MANSON Héléna
BERNARD Alex
DEBOIS Marguerite
WENDT Elisabeth
MENDAILLE Daniel
CHARLIA Georges
PIERRE-LOUIS
TOURREIL Georges
BUSCH Ernst
NICOLLE André
LESIEUR Marcel
MICHAUD Teddy
BIENERT Gerhard
THONY Theo
JANVIER Philippe
WENDHAUSEN Fritz
HÖCKER Oskar
MERMINOD Marcel
HOLSBOER Willem
GNASS Fritz
FISCHER Adolf
WILLE Helge
LEVASSEUR Palmyre
WEICHERT Richard
BRESSART Felix
GUERTLER Georg
SCHIER Franz
Résumé
                                                                (PANONCEAU INTRODUCTIF DU FILM)

Le 10 mars 1906, à la suite d'un incendie qui couvait depuis trois semaines, une terrible explosion de grisou ensevelit plus de 1200 mineurs au fond des mines de Courrières. Une équipe de mineurs allemands, appartenant à un corps spécial de sauvetage, vint de Westphalie joindre ses efforts à ceux des sauveteurs français. Ce film dont l'action se passe de nos jours (1931) s'inspire de cette effroyable catastrophe. Dans les dialogues, les deux langues d'origine ont été intentionnellement respectées dans le but de conserver la puissance et la vérité des remarquables tableaux qui composent le film...

En cette période de grande précarité professionnelle, quelques chômeurs allemands tentent vainement de trouver un travail dans les mines de charbon, de l'autre côté de la frontière. Ce qui n'empêche pas trois d'entre eux de se rendre au bal du Kursaal, de courtiser la jolie Françoise et de se retrouver, échauffés par l'alcool, au bord d'une rixe, pour un banal refus féminin de danser avec eux. Mais dès le lendemain, l'incessant travail sous terre reprend, avec l'absolue nécessité de circonscrire un feu rampant dans une galerie qu'on tente vainement de confiner par des murs de cloisonnement. Tout finit par devenir incontrôlable, avec la sournoise apparition d'une importante poche de gaz, suivie d'une fulgurante explosion qui se propage à la chaîne dans les tunnels, détruisant les infrastructures des galeries, qui devenues instables, s'effondrent en grande partie. Près de six cents mineurs se retrouvent coincés dans les décombres, injoignables par le monte-charge, menant dans les tréfonds de la mine, tombé en panne. Alors que les Allemands envoient, en deux camions rapidement affrétés, une colonne de secours de l'autre coté de la frontière, les trois protagonistes teutons de la veille, essayent depuis leurs propres galeries de se rendre du coté français, au péril de leurs vies, pour porter secours à leurs homologues bloqués ou blessés...

>>> Un des meilleurs films de l'entre-deux guerres, mais aussi un classique du Septième Art, répertorié fort justement (en 1994 par la cinémathèque berlinoise) parmi les cent meilleurs films allemands, qui exalte l'amitié entre les peuples et les travailleurs, que le metteur en scène dédia aux mineurs du monde entier...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Jeune Cinéma numéro 35
- Cinémonde numéros 160,166,172,175
- Pour Vous numéros 149,158,160,168,169,173
- Positif numéro 393
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Image et Son numéros 135 et 359
- Cinéma numéro 268
- Premier Plan numéro 39
Critiques (Public)