PARADIS POUR TOUS - 1982

Titre VF PARADIS POUR TOUS
Titre VO
Année de réalisation 1982
Nationalité France
Durée 1h50
Genre COMEDIE DRAMATIQUE
Notation 9
Date de sortie en France 25/08/1982
Thème(s)
Anticipation (Cinéma français)
Drogue -consommation- (Cinéma français)
Réalisateur(s)
JESSUA Alain
Chef(s) Opérateur(s)
ROBIN Jacques
Musique
KOERING René
Renseignements complémentaires
Scénario : Alain Jessua
et André Ruellan .....
Chanson de Charles Trenet : "Y'a d'la joie"
Distribution : Parafrance

Visa d'exploitation : 55 298
Acteurs
DEWAERE Patrick
DUTRONC Jacques
COTTENCON Fanny
AUDRAN Stephane
LEOTARD Philippe
KERBRAT Patrice
GOUPIL Jeanne
BOUY Stéphane
THORENT André
LEMAIRE Francis
GAYLOR Anna
MUEL Jean-Paul
DYREK François
BERG Caroline
HATET Pierre
MORTENSEN Elizabeth
FRUGES Thalie
GUEDEN Nicole
BRIGAUD Philippe
BEAUNE Eloïse
CORSON Corinne
PRIVAT Catherine
DORMOY Philippe
BENUREAU Didier
ROLLAND Marie-Christine
GANGLOFF Christiane
LABORIT Maria
GOUREVITCH Patrick
CHERLIAN Jean
CAYROL Florence
CHAMARANDE Sylvain
VALERA Marie
FABIEN Anne
GAUTIER Catherine
LOYEN Marianne
MONTOSSEY Muriel
ALEXANDRE Jean-Marc
DOLANDE Jean
MIKOLA Antoine
LIAGRE Thierry
PUJSZO Marius
DE TREGOMAIN Jean
BERTRAND Frederic
RECH Desire
VERITE Daniel
CAUDERLIER Patrick
MONTAGNER Bernard
Résumé

Une technologie nouvelle appelée "flashage" fonctionnant sur le principe d'une émission particulière d'ondes courtes a été inventée par le docteur Valois et devrait apporter le bonheur permanent aux utilisateurs éventuels. Le cas d'Alain Durieux, employé morose, suicidaire et déprimé d'une compagnie d'assurances, semble une situation idéale pour tester la nouvelle découverte...

>>> Dernier film interprété par Patrick Dewaere avant son suicide, qui nous illustre le conditionnement naturel ou artificiel de l'individu face aux nombreux et fallacieux impératifs dictés par toute société quelle soit dirigiste ou pas ...

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Cahiers du Cinéma numéro 340
Critiques (Public)
Patrick avait bien choisi son dernier film : le titre, le sujet, le suicide, tout çà était bien programmé dans un film sans souffle, dans une impasse.

Avec le flash, je positive. C'est bien un monde idéal tel qu'on nous le vend encore aujourd'hui qui est présenté ici : un monde d'agents socio-économiques efficients et béats (en bref, des machines humaines). "Trop bien" "Que du bonheur" ça vous rappelle rien... Excellent film. Quelques répliques marquantes : "C'est comme un suicide, mais en plus lâche" le docteur Valois avant de se flasher... Jeanne : "On est bien. Hein ?" Alain : "Oui, comme des bêtes"

Le flashage, quoi qu'on en dise, est une solution d'avenir, une urgence nécessaire voire indispensable pour survivre aux hérésies qui nous entourent. Je me suis retrouvée dépendante de l'alcool, du shit, de la bouffe et de l'angoisse face à la triste incurie du pouvoir socialiste scandé par le cyclomotoriste Hollande. Mais le pire, que je tente de fuir vainement, dans mes pensées, mes rêves et mes désespoirs, c'est le retour de Sarkozy. Mon Dieu, donnez-nous ce flash tant attendu pour oublier ce possible cauchemar. Heureusement qu'il reste la Belgique, hélas déjà polluée par le ventripotent Depardieu et son narcissisme nauséeux. Vive le flashage gratuit ! Amandine qui (vous) taquine

Mais le flashage dont parle le film c'est justement ça : "alcool, shit, bouffe etc...", psychologues, télé de merde, slogans à la con, qu'on nous filent comme béquilles pour accepter le monde tel qu'on nous l'impose.