ELLE COURT, ELLE COURT, LA BANLIEUE - 1972

Titre VF ELLE COURT, ELLE COURT, LA BANLIEUE
Titre VO La pendolare
Autres titres VF
Année de réalisation 1972
Nationalité France / Italie
Durée 1h30
Genre COMEDIE
Notation 10
Date de sortie en France 15/02/1973
Thème(s)
Banlieues françaises
Réalisateur(s)
PIRES Gérard
Chef(s) Opérateur(s)
SURY Bernard
Musique
HIGELIN Jacques TRENET Charles WELCH Ed
Renseignements complémentaires
Scénario et dialogues : Nicole de Buron
Montage : Jacques Witta .....
Assistant-réalisateur : Claude Miller
Distribution : Artistes Associés

Visa d'exploitation : 40 137
Acteurs
KELLER Marthe
HIGELIN Jacques
COURVAL Nathalie
LANOUX Victor
CASTEL Robert
ISTRIA Evelyne
LECLERC Ginette
CORDY Annie
FELD Lydia
LORY France
VRIGNAULT Teddy
GAILLARD André
PIEPLU Claude
PREVOST Daniel
BEAUCHAMPS Annick
JULIENNE Rémy
DUBILLARD Roland
DONIOL-VALCROZE Jacques
SAPRITCH Alice
DARRAS Jean-Pierre
COLUCHE
DELAHAYE Michel
MIOU-MIOU
LEGRAS Jacques
GUYBET Henri
PLANA Georgette
ZANETTI Jacques
BISCIGLIA Paul
FOUGERY Annick
BEHAT Gilles
HERVIALE Jeanne
GOYA Paolo
PARIS Simone
BORYSSE Francois
DALI Farid
PIGNOT Yves
KURYS Diane
OHOTNIKOFF Catherine
MEHAUT Jackie
RUMILLY France
CHARREL Michel
ABEILLE Jean
VAREUIL Sonia
CASEY Marie-Pierre
RIBES Jean-Michel
LEGRAND Lucienne
FERREOL Andréa
STERLING Sarah
BERARD Jack
ROBERT Franck
Résumé

Pour échapper à l'oppression tentaculaire de la capitale, un couple de jeunes mariés, Bernard et Marlène (Jacques Higelin et Marthe Keller) décide de s'établir un peu plus loin, en banlieue. La nouvelle vie semble plus détendue et plus "écologique" entre les pelouses de leur nouvel H.L.M. Mais c'est tomber de Charybde en Scylla, avec l'incroyable enfer des transports communs...

>>> Un film grinçant qui cartonne facilement sur des cibles évidentes, mais qui drvrait toutefois procurer un agréable moment de détente par sa causticité brouillonne...

Bibliographie
- Ecran 73 (numéro 14)
- Fiche de Monsieur Cinéma
Critiques (Public)
Pirès dans sa meilleure forme, le film est enlevé, les acteurs sympathiques, Nathalie Courval en tête de liste. Métro, boulot, dodo : toujours d'actualité.

Marlène et Bernard sont représentatifs d'une jeune génération aux poches vides expulsée d'un centre névralgique, remplacé par un nouveau concept s'étendant irrémédiablement vers l'extérieur de la capitale. A l'instant où ils peuvent enfin se poser après d'innombrables recherches, ils constatent avec plus ou moins d'amertume que leur petit nid d'amour se situe à 50 kms de Paris. Réveil à cinq heures du matin hiver comme été, transport par car et train pour Marlène, voiture pour Bernard, représentant en produits dentaires. Epuisés par ces déplacements quotidiens que les ambiances de bureau de Marlène sont loin d'atténuer, le couple se liquéfie lentement. En cette année 1973, la construction est encore prospère. La société de consommation dévoile ses premières clartés. L'accession à la propriété tente ces jeunes couples n'hésitant à acquérir des appartements loin de la capitale. Les débats commencent à s'amorcer sur la positivité de positionner la classe moyenne loin des villes, en leur inculquant un épuisant challenge répétitif. Les courses à l'hypermarché le samedi, l'achat du programme télé et les débuts d'une délinquance délocalisée. Le tout enfariné de voisins sommaires et bruyants ainsi que d'innombrables paquets de lessives seul plaisir du week-end faisant rutiler les voitures sur les parkings le dimanche. Tous ces gens "déculturés" par nature ou obligation sont l'image révolue de l'ancien Paris ouvrier, ils ne répondent plus au critères friqués et intellos de la capitale. Chassés comme des malpropres, leur simplicité populaire n'a plus la cote. Avec comme conséquence, l'absurdité d'ingurgiter quotidiennement une rafale de kilomètres usant à court terme l'énergie d'une catégorie de citoyens amorphes, s'éloignant de plus en plus d'une sphère de décision. JIPI