ANGELIQUE MARQUISE DES ANGES - 1964

Titre VF ANGELIQUE MARQUISE DES ANGES
Titre VO Angelica
Autres titre VO Angelica marquesa de los angeles
Année de réalisation 1964
Nationalité France / Italie / Espagne / Allemagne
Durée 1h55
Genre AVENTURES
Notation 9
Date de sortie en France 08/12/1964
Thème(s)
Représentant(e)s du culte (Cinéma français)
Milieu judiciaire et juridique (Cinéma français)
Cape et d'épée
Boulanger (Daniel)
Bûchers (tous pays confondus)
Bidonvilles et autres taudis (Cinéma français)
Réalisateur(s)
BORDERIE Bernard
Chef(s) Opérateur(s)
PERSIN Henri
Musique
MAGNE Michel
Renseignements complémentaires
Scénario : Claude Brulé,
Bernard Borderie et Francis Cosne .....
d'après le roman de Serge et Anne Colon
Dialogues : Daniel Boulanger
Décors : René Moulaert
Costumes : Rosine Delamare
Montage : Christian Gaudin
Caméra : Guy Suzuki
Attaché de presse : Richard Balducci
Distribution : Prodis

Visa d'exploitation : 28 313

Nota :

- Uniquement la voix pour les sept derniers acteurs (doublage) .....
Acteurs
MERCIER Michele
HOSSEIN Robert
ROCHEFORT Jean
GEMMA Giuliano
LEBEAU Madeleine
LEMAIRE Philippe
GIRAUD Claude
TOJA Jacques
REGNIER Charles
ALBERTI Guido
CASTELOT Jacques
PROVENCE Denise
MAISTRE François
TOPART Jean
NERI Rosalba
HOFFMANN Robert
PORTE Robert
NOBLECOURT Noëlle
WORINGER Bernard
ROBERTO
EWERT Renate
LAJARRIGE Bernard
MÜNZER Michael
CHOUREAU Etchika
FONTANEL Geneviève
DEHELLY Paula
ATHANA Claire
COSTE Sylvie
CHARRIER Nicole
CLARENCE Catherine
VANESCO Clo
HILLING Jacques
OZENNE Jean
BARSACQ Yves
COGAN Henri
HATET Pierre
VERNIER Claude
MARQUAND Serge
MIGNOT Jacques
VITAL Geymond
ROUYER André
SALEM Black
RIGNAULT Alexandre
DAGNANT Albert
GUERET Georges
DIAMANT Dominique
BOLO Pierre
MEUNIER Gaston
MELINAND Monique
COREVI Antonio
SEMAND Britt
VERNADET Maguy
SUN Sabine
STRANO Dino
RONDO Robert
MOISAN Gerard
JACQUET Dany
MAGALON Maurice
HUSSENOT Olivier
DAUBRAY Frank
BERRI Robert
BERRY Serge
CASTALDI Jean-Pierre
UNIQUEMENT LA VOIX ===>
RUDEL Roger
THEBAULT Jacques
EMANUELE Paule
TORRENS Jacques
JEMMA Jean-Louis
VARTE Rosy
MONTEL Michele
Résumé

Angélique de Sancé de Monteloup, fille d'un seigneur déchu, quitte le couvent pour se marier avec un noble difforme, qu'elle finira par aimer avant qu'il soit mené au bûcher...

>>> Le début de la série des "Marquise", les unes plus médiocres que les autres, qui par un simpliste mélange d'action, de mélodrame et de grotesque, fournit la trame unique, réutilisable et réutilisée d'un scénario fort commun. Il reste à noter un indéniable succès commercial qui révèle et dénote l'intérêt d'un certain "grand public"

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
Critiques (Public)
Je ne suis a aucun point de vue d'accord avec vous. Pour ma part, j'ai vu ce feuilleton, une ou deux fois et à chaque reprise, il me plaisait .....

Je ne sais pas qui vous prenez pour commenter vos résumes, mais certainement pas un critique professionnel. Premièrement ce film est a replacé dans toute son époque. Secondo, on ne se permet pas de critiquer le public quand on sait que c'est lui qui va nous lire. Et enfin, il nous reste un superbe divertissement qui, comme le montre les rediffusions, ne lasse jamais. R.V.

Effectivement, la critique n'a jamais apprécié cette série de films très romanesques. Dans le genre, plutôt un spectacle agréable avec une bonne reconstitution d'époque (décors, costumes). Des acteurs formidables : Jean Rochefort, Jacques Toja, Claude Giraud, Sami Frey, Jean-Claude Pascal, Robert Porte, Claire Maurier, Jacques Castelot, François Maîstre, Jean Topart, Philippe Lemaire, Bernard Woringer, Jean Ozenne, etc qui épaulent une Michèle Mercier au jeu limité et c'est là où le bas blesse, la seule actrice de l'époque qui collait au personnage était Michèle Grellier (elle avait tourné avec Borderie "Le chevalier de Pardaillan") très à l'aise dans les rôles en costume, belle comédienne, infinement plus douée et nuancée. Un physique de jeune première avec une sensualité aristocratique évitant la fadeur.

Un certain cinéma rétro, pour ne pas dire kitch comme il a été déjà dit, triomphe du ciné des années 1950 - 1960. Cela devient mythique, avec aussi les films du sieur André Hunebelle (Cape et épée et Fantomas) ; certainement l'époque où le cinéma français était rattaché au Ministère de l'Industrie. Certes, c'est aussi une industrie de par les moyens mis en oeuvre, m'enfin ! ! ! L'époque des petits cinémas de quartiers dans Paris et ailleurs (si ma mémoire est bonne : plus de 400 salles dans Paris). Mais on est loin de François Truffaut ! et même de Federico Fellini ! Il y a hélas dans Angélique un côté besogneux, pas déplaisant, mais quelquefois gênant à mon humble avis.

Angélique, sublime canon, offerte à un faux laid, apprend à digérer une première approche sentimentale jugée abjecte, pour enfin basculer conquise dans une passion infinie menant ses nouveaux sens vers l’entretien d’un amour éternel, agrémenté d’intrigues de couloirs, d'attirances alchimiques et de voyages merveilleux. "Angélique Marquise des Anges" permet à une sensibilité provinciale en construction, de progresser par palier, en contestant des acquis masculins, n’offrant qu’à de jolies femmes l’attrait éphémère d’un sofa versaillais. Angélique réagit, conteste, réplique en reléguant aux lustres la logique incontournable d’une gorge offerte à des baisers sans lendemains. Ses charmes et ses atours, éléments indispensables servant à capter un regard bas, ne s’offrent pas systématiquement, il faut les gagner en sensibilisant la belle par une virilité baignée de tendresse. Evoluant entre passion et politique, cette magnifique éveillée se révolte contre un machisme poudré, environné de conspirateurs et de courtisans à la botte d’un roi Soleil éloigné des miséreux. "Angélique Marquise des anges" est une incontestable réussite, qu’il faut savoir séparer d’une niaiserie embusquée. Le contenu est prenant, bien ficelé, c’est du bon cinéma à la française, parachuté dans un contexte de trente glorieuses de plein emploi où les places de cinémas sont abordables, ce qui permet de reformater plusieurs fois la vision agréable d’un ailleurs. JIPI