LUDWIG OU LE CREPUSCULE DES DIEUX - 1972

Titre VF LUDWIG OU LE CREPUSCULE DES DIEUX
Titre VO Ludwig
Année de réalisation 1972
Nationalité Italie
Durée 3h50
Genre DRAME
Notation 18
Date de sortie en France 15/03/1973
Thème(s)
Biopic (Cinéma italien)
Cinéma italien (ORIGINE)
Folies, démences et autres dérangements de l'esprit (Cinéma italien)
Homosexualité masculine (Cinéma italien)
Aristocratie, noblesse et royauté (Cinéma italien)
Réalisateur(s)
VISCONTI Luchino
Chef(s) Opérateur(s)
NANNUZZI Armando
Musique
OFFENBACH Jacques WAGNER Richard SCHUMANN Robert
Renseignements complémentaires
Scénario : Luchino Visconti
et Enrico Medioli .....
Montage : Ruggero Mastroianni.
Distribution : Valoria

Visa d'exploitation : 39 028

Nota :

- Il existe une version de 4 heures 05 .....

- Alain Corot a tourné sous le nom d'Alain Naya .....
Acteurs
BERGER Helmut
SCHNEIDER Romy
HOWARD Trevor
MANGANO Silvana
PETROVA Sonia
ORSINI Umberto
ASTI Adriana
POREL Marc
FROEBE Gert
GRIEM Helmut
BOHNET Volker
RICCI Nora
BURNS Mark
MOULDER-BROWN John
MOOG Heinz
TELEZYNSKA Isabella
BONUGLIA Maurizio
HANSCHKE Anne-Marie
MUSTCHAEVSKI Clara
JURIEC Rayka
WARNER Gunnar
LINHART Jean
MÖHNER Gernot
BLOCH Bert
SCHAERF Wolfram
STERN Helmut
AXEN Eva
PETERS Karl-Heinz
ELWENSPOEK Hans
VON CRAMM Berno
FURST Manfred
WINDHORST Karl Heinz
GROSSKURTH Kurt
ALLERSON Alexander
MANCINI Carla
HERTER Gérard
COROT Alain
PERRELLA Alessandro
SCHLÜTER Henning
VINCENT Louise
Résumé

Le film nous raconte la vie de Louis II de Bavière depuis son couronnement en 1864 jusqu'à sa mystérieuse mort par noyade en 1886. Alors que l'Europe est en pleine mutation, le monarque, lui, ne s'intéresse qu'aux arts et se prend de passion pour Richard Wagner. Fiancé à Sophie de Bavière, Louis II ne va guère assumer sa liaison, ayant très peu d'attirance pour le sexe faible. Peu à peu, sa santé mentale s'altère...

>>> Oeuvre intelligente et monumentale, aboutissement de toute la carrière du fulgurant metteur en scène Luchino Visconti...

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Saison Cinématographique 1973
- Revue du Cinéma numero 272
- Studio numéro 39
- Positif numéro 183
- Cahiers du Cinéma numéro 350
- Télérama numeros 1746-1770-2212
- Ecran 73 (numéro 15)
Critiques (Public)
19,5/20 : On est pris à la gorge, éberlué par ce film de 1972 tant une telle qualité s'est raréfiée en salles ! Place au subtil des atmosphères, à condition d'être peu avare sur la marchandise savamment déballée, celle qui vous embarque en douceur sans jamais manipuler pour rameuter. Dans un constant balancement rêve-réalité, on se prend à sourire... Là où il faudrait se frotter les yeux en basculant du terre-à-terre au fantastique, Visconti trouve l'alchimie. Nulle dissonance... Il y a des ruptures à l'image, eh bien soit, on bascule, confiants puisqu'il y a aussi cette malice (grognement du monarque, mimique du comédien tenu à l'amuser sans dormir) qui annonce une fiction, qu'on va en avoir pour son argent. Le couple-fétiche (Schneider-Berger) est inoubliable de similitude physique ! Deux cousins racés jouant à qui perd gagne, brouillés par orgueil et cependant jumeaux jusqu'à l'os. Tout sonne juste si l'on tient dans la durée extra-longue (et défaut majeur, supériorité du dvd, il permet deux séances !). On se surprend à penser que l'homosexualité masculine sied même à ce monarque à démarche androgyne, les épreuves lui féminisent l'allure, voici qu'il déraille à force de tiraillements, visage ramolli, dents cariées y compris celles de devant ! Ce n'est jamais grotesque pour autant. Le ballet continue, finement orchestré, on en guette le thème sonore principal tout en appréciant d'autres musiques, toujours aussi appropriées, cette manière incomparable de déployer le décor, les profils dressés dans la pénombre, ou la profondeur de champ d'une ironie évidente quand ça débouche sur "pas âme qui vive"... Des costumes impeccables et le roide maintien de ceux qui les portent dans la glaciale Bavière (les voilettes de l'impératrice !)... Assortis à ces détails merveilleux, plein de petits bruits qui font vrai, crépitement des torches, jappements canins, gloussements féminins dans les galeries à perte de vue... Rien n'est là juste pour faire joli, tout prend sens, parfois un peu à retardement (ce parapluie noir sur le ciel comme ailes de corbeau !). Les yeux écarquillés, en veux-tu en voilà, aucune miette ne peut être laissée. C'est tellement la fête là, sur l'écran, qu'on se figure à l'intérieur des scènes, juste dans les pas du cadreur, comme ces gosses qui montent en manège, on accueille ces chevaux harnachés, on prend place à bord de ces vaisseaux silencieux, on s'approche des cygnes, on joue du violon dans les escaliers avec Wagner, on peigne ces interminables chevelures lors d'une querelle et on suit cette traîne montant le tapis rouge... Somptueux film au son, à l'image, qui relate en la personnalisant à peine une page d'histoire, inclus l'éternel dilemme politique des traités à signer entre voisins... Une folie de souverain qui peut se comprendre... Entre ambivalence amoureuse, facettes du pouvoir, place des conseils dans l'ascension, dans le déclin, études de caractères, écart entre paroles et gestes, tant de rôles. C'est un film monumental et pourtant toujours plaisant grâce à son défilé de chroniqueurs. Le chef-d'oeuvre de Visconti à amener sur l'île déserte !